•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fouilles sur le site d’un ancien pensionnat pour Autochtones de Pine Creek

Chargement de l’image

Un drone dans le cadre d'une recherche par radar à pénétration de sol est utilisé sur le site d'un ancien pensionnat pour Autochtones dans la Première Nation de Pine Creek, au Manitoba.

Photo : Angela McKay / Première Nation de Pine Creek

Radio-Canada

Des recherches de tombes non marquées à l’aide de géoradar au sol ont été amorcées au début de la semaine près d’un ancien pensionnat pour Autochtones, dans la Première Nation de Pine Creek au Manitoba.

Des recherches de tombes non marquées à l’aide de géoradar au sol ont été amorcées au début de la semaine près d’un ancien pensionnat pour Autochtone, dans la Première Nation de Pine Creek.

Le pensionnat géré par des religieux catholiques a été en activité de 1890 à 1969. Le bâtiment a été démoli en 1972.

Le début des fouilles dans cette communauté située à environ 440 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg a commencé lundi par une cérémonie marquée par un feu sacré, des tambours et des discours d’anciens de la communauté.

Le processus de recherches est effectué dans un espace de 65 hectares. Un drone muni d’un GPS est également utilisé. Il devrait durer au moins quatre semaines.

Le chef de la Première Nation de Pine Creek, Derek Nepinak, a qualifié la tâche de difficile à entreprendre, mais nécessaire.

Nous pensons que la vérité sur notre communauté doit être commue, et que nous devons la raconter par nous-même, indique-t-il.

Il affirme que des membres de la communauté auraient préféré que le passé reste enterré, mais M. Nepinak croit que les jeunes doivent savoir ce qu'il s'est passé.

Nos jeunes méritent de connaître nos origines et notre relation avec l’Église catholique.

Il ajoute que l’église, située à côté du pensionnat, est l’une des zones prioritaires par lesquelles les recherches commencent.

Une membre de la Première Nation de Pine Creek qui vit à Sainte-Anne au Manitoba, Jennifer Rocchio, témoigne que sa grand-mère a fréquenté le pensionnat avec certains de ses frères et sœurs. L’un d’eux n’est jamais rentré à la maison.

Il avait 11 ans. Tout le monde souhaite récupérer sa dépouille pour pouvoir l’enterrer dignement, relate-t-elle.

Selon Mme Rocchio, l’enfant aurait eu une altercation avec d’autres pensionnaires.

Au lieu d’être emmenée à l’infirmerie pour soigner une blessure, Mme Rocchio raconte qu’il aurait été amené dans le local de punition. Il serait mort quelques jours plus tard.

Aussi bien le chef Derek Nepinak que Jennifer Rocchio souhaitent que les recherches mènent à une forme de guérison.

C’est dévastateur pour les familles, car les torts des pensionnats se répercutent même sur ma génération et celle de ma fille, affirme Mme Rocchio.

Peut-être pouvons-nous trouver un chemin vers la réconciliation à un moment donné [...] et ces recherches sont un point de départ pour cela, souhaite M. Nepinak

Avec les informations de Renée Lilley

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !