•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse des prix de l’essence ne freine pas les projets de voyage des Canadiens

Chargement de l’image

Alors que les prix à la pompe sont élevés, les Canadiens ont toujours envie de sortir faire un tour.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Mardi, le prix moyen de l'essence ordinaire au Canada a atteint des sommets sans précédent de 197,4 cents le litre. Malgré tout, les Canadiens se dispersent à travers le pays pour de nouvelles expériences de voyage, après deux ans de déplacements pandémiques plus limités.

Les voyages en voiture restent attrayants tandis que le carburéacteur coûteux a également fait grimper les tarifs aériens.

Certains vacanciers restent près de chez eux pour faire du camping, de la randonnée et des excursions à vélo. D'autres optent pour des voyages en automobiles, plutôt que pour des billets d'avion coûteux, car les coûts du carburant et l'inflation pèsent lourd, observe la présidente-directrice générale de l'Association de l'industrie touristique du Canada, Beth Potter.

C'est une option plus acceptable aux autres modes de transport en ce moment, où vous seriez confiné dans un espace avec beaucoup d'autres personnes, vous avez d'autres restrictions qui vous sont imposées, comme le port d'un masque ou une preuve de vaccination, ajoute Beth Potter.

Le Canada demeure la première destination des Canadiens en 2022, mais encore plus qu'avant la pandémie, indique la présidente de l'Association canadienne des agences de voyages, Wendy Paradis.

Les gens veulent rendre visite à des amis et à de la famille qu'ils n'ont pas vus. Et il y a des gens qui sont toujours à l'aise avec l'idée de rester au Canada, vu que la pandémie n'est pas à 100 % derrière nous, souligne-t-elle.

Un intérêt pour le Nord canadien et le nord de la Colombie-Britannique

Alors que de nombreux Canadiens choisissent de rester plus près de chez eux et que l'intérêt pour les Rocheuses reste élevé, les réservations sont en hausse pour des endroits moins explorés comme le nord de la Colombie-Britannique et le Nord canadien, observent des experts de l'industrie.

Nous avons vu Vancouver, nous avons vu Victoria, nous adorons Whistler. Essayons simplement d'aller ailleurs, illustre la directrice du marketing Elyse Mailhot en répétant le processus de réflexion de ses clients.

Près de Yellowknife, Aurora Village, qui accueillait principalement des groupes de touristes d'Asie de l'Est, continue de recevoir des visiteurs désireux d'admirer les aurores boréales avant de retourner se réchauffer dans des tipis aménagés de poêles à bois et de couvertures en peau de bison.

Cependant, les agences constatent également une augmentation des réservations pour des destinations internationales, de l'Italie à la France en passant par les destinations soleil.

Des obstacles persistent

Les visites au sud de la frontière canadienne reprennent également. Mais un obstacle demeure avec la réglementation américaine qui exige que les voyageurs aériens présentent un résultat négatif de test antigène de dépistage de la COVID-19 ou de test PCR effectuée pas plus d'un jour avant le départ.

Cette variable pousse plutôt les vacanciers qui pourraient se rendre en Floride ou en Californie vers le Mexique ou les Caraïbes, indique Beth Potter.

Les aéroports congestionnés, en partie à cause des pénuries de personnel et des procédures de test pour la COVID-19, représentent un autre obstacle pour ceux qui voudraient voyager par avion. Mais avec la levée de nombreuses restrictions pandémiques, la demande ne peut plus être bloquée, estime Marty Firestone, président de l'assureur Travel Secure.

Je la vois revenir à peu près à son niveau de l'époque prépandémique, pour ce qui est de l'été à venir, indique-t-il.

Au cours de la dernière semaine d'avril, près de 460 000 voyageurs ont atterri au Canada sur des vols internationaux, soit plus de 17 fois le nombre d'arrivées au cours de la même semaine un an plus tôt. Cela ne représente toujours que le deux tiers du nombre d'arrivées pour la même semaine en 2019, selon l'Agence des services frontaliers du Canada.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !