•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Électricité : Terre-Neuve-et-Labrador se prépare à la fin de son entente avec le Québec

Longtemps une épine dans le pied pour Terre-Neuve-et-Labrador, l’accord de 1969 permet à Hydro-Québec d'acheter la majorité de l'électricité produite à la centrale de Churchill Falls et au Québec de conserver l'essentiel des profits.

Chargement de l’image

Andrew Furey (à gauche), premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, et François Legault (à droite), premier ministre du Québec, se rencontrent à Montréal le 31 août 2021.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a mis sur pied un groupe d'experts pour examiner comment la province pourrait tirer le meilleur parti de la fin d'un accord énergétique controversé avec le Québec, lorsqu'elle arrivera en 2041.

Le premier ministre Andrew Furey a déclaré aux journalistes, mercredi, que le groupe d'experts examinera comment l'électricité produite par la centrale hydroélectrique de Churchill Falls, dans le centre du Labrador, pourrait être utilisée par la province.

Le groupe de 12 personnes composé d'universitaires, de scientifiques, d'avocats et de gens d'affaires fera également des recommandations sur les améliorations à apporter à la centrale de 5428 mégawatts et à ses installations de transmission.

L'entente de 1969 permet à Hydro-Québec d'acheter la majorité de l'électricité produite à la centrale, permettant ainsi au Québec de conserver l'essentiel des profits.

Chargement de l’image

Des travailleurs sur le chantier de Muskrat Falls, au Labrador.

Photo : Radio-Canada / CBC/Eddy Kennedy

L'accord a longtemps été une épine dans le pied de Terre-Neuve-et-Labrador, bien que M. Furey ait déclaré mercredi qu'il était important de ne pas laisser les considérations actuelles être ancrées dans les émotions passées.

Il dit avoir eu des discussions avec le premier ministre québécois François Legault au sujet de la fin de l'accord, et le groupe d'experts annoncé mercredi positionnera Terre-Neuve-et-Labrador pour que la situation lui soit le plus bénéfique possible lorsque ce jour viendra.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !