•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yao, l’homme Kintsugi

La couverture de l'abum « Kintsugi » de Yao.

Le slameur d’Ottawa Yao lance ce mois-ci son nouvel album, Kintsugi, porté par le désir de magnifier les failles de l’âme.

Photo : Radio-Canada / Image : Intello-Productions Inc.

Le kintsugi est l’art japonais de réparer la céramique brisée avec de la laque saupoudrée d'or. Inspiré par cette idée d’embellir les cassures d’un objet, le slameur d’Ottawa Yao lance ce mois-ci son nouvel album, Kintsugi, porté par le désir de magnifier les failles de l’âme.

C’est une philosophie qui me parlait énormément, parce qu’on a tendance à jeter un objet brisé ou à dire qu’il n’a plus de valeur, mais tout à coup [...] les fissures de cet objet brisé deviennent belles. Elles deviennent ce que l’on regarde, explique l’auteur-compositeur-interprète de 34 ans.

Pour Yao, Kintsugi est un album personnel et thérapeutique, puisque l’artiste s’est permis d’être vulnérable dans l’écriture de ses chansons.

C’est faux [de dire que] toute adversité nous rend plus fort. Toute adversité digne de ce nom commence par nous mettre en 1000 morceaux [et] on a le choix : soit rester en morceaux ou accepter de se reconstruire, ajoute l’Ottavien d’adoption.

« [Je voulais] faire un kintsugi de l’homme. Utiliser la musique pour mettre une lentille sur mes propres blessures et fractures, et me reconstruire un morceau à la fois, une chanson à la fois. »

— Une citation de  Yao, auteur-compositeur-interprète d’Ottawa

Un puzzle d’états d’âme

Abordant les thèmes de la peine, de la résilience et de l’espoir, les 11 chansons de Kintsugi ont été conçues comme une collection d’états d’âme.

« Je me suis levé un matin et je me sentais euphorique, comme si, tout à coup, tout allait bien, alors j'ai écrit Euphorie. Quand j’ai voulu exploser et que je me devais de garder mon sang-froid, j’ai écrit Sang froid », cite-t-il en exemples.

« Chaque chanson a sa propre identité, un peu comme une assiette qui se brise en morceaux. Les morceaux se brisent de manière aléatoire, mais chaque morceau a sa place dans l’ensemble, comme un puzzle. »

— Une citation de  Yao, auteur-compositeur-interprète d’Ottawa

La chanson Effet placebo aborde par exemple la tendance à s’étourdir dans la routine pour oublier ses soucis.

[Avec] ce concept de "métro, boulot, dodo", on est dans la routine [même si] ça ne va pas. Et de dire "je me sens un peu mégalo, je suis au bout du rouleau” [NDLR : extrait du texte d’Effet placebo], beaucoup de gens m’ont envoyé des messages pour me dire merci. Ils se sont reconnus et je pense que c’est ça, la beauté de l’art, fait valoir l’artiste.

Sur scène, Kintsugi prend la forme d’un spectacle immersif et introspectif, que Yao présentera jeudi au Centre national des Arts, à Ottawa. J’estime que cette reconstruction, je la fais avec le public. C’est un produit continu. En spectacle, on crée ensemble, souligne-t-il.

Il espère que son nouvel opus résonne avec ceux qui y tendront l’oreille.

Je pense que, pour tout le monde, les deux, trois dernières années ont été sous le signe du chamboulement. Je me suis rendu compte que ça [Kintsugi] m’a fait du bien, mais aussi aux gens qui écoutent, parce qu’on vit tous des réalités similaires, conclut-il.

L’album Kintsugi sera en vente à partir du 27 mai.

Avec les informations de Christelle D’Amours et Aïda Semlali

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !