•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’infractions au Code de la sécurité routière durant le mois de mai

087eff2e42bf454dbcb064da52bad492

Les statistiques de la SAAQ démontrent que le nombre d'infractions sur la route augmente généralement au mois de mai.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

On voit généralement le nombre d'infractions au Code de la sécurité routière augmenter au mois de mai. Des opérations policières sont également prévues en Abitibi-Témiscamingue au cours des prochaines semaines.

Les données compilées par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) démontrent que le nombre d’infractions tend à accroître aux mois de mai, septembre et octobre.

Mario Vaillancourt, porte-parole de la SAAQ, indique que l'on peut émettre certaines hypothèses pour expliquer ce phénomène. Il mentionne l'augmentation de l'achalandage sur les routes au printemps.

On peut penser au retour des motocyclettes, un plus grand nombre de piétons, les cyclistes. Alors ça peut expliquer en partie du moins un nombre d’infractions plus grand, lié à des opérations policières. Parce que si on parle du mois de mai, étant donné que c’est une période de l’année où il y a un retour en force de beaucoup d’usagers de la route, les corps policiers font beaucoup d’opérations policières, indique-t-il.

Les interventions en Abitibi-Témiscamingue

Dans la région, des opérations policières sont aussi prévues lors du long week-end de la fête des Patriotes, et les patrouilleurs vont continuer à mener des interventions, en mettant l’accent sur le partage de la route.

Un homme circule à vélo dans le trafic.

Voitures, vélos, autobus, piétons ; tous doivent partager la route.

Photo : Getty Images / olaser

C’est d’être courtois, de s’assurer que les autres usagers qui sont plus vulnérables, comme un cycliste ou un piéton : s’assurer que vous le voyez et que vous lui faites signe pour être sûr qu’il n’y ait pas de collision parce que ces personnes-là sont vulnérables, donc s’il y a une collision, ça risque d'être très grave, souligne la sergente Nancy Fournier.

Nancy Fournier tient d’ailleurs à rappeler de faire preuve de prudence avec les cyclomoteurs, communément appelés scooters ou mobylettes.

Nos adolescents avec les cyclomoteurs, ils ne sont pas expérimentés. C’est sûr que ça ne roule pas très rapidement. Donc lorsqu'on arrive en arrière d’un cyclomoteur, faites attention, soyez patients. Lorsque la signalisation vous le permet, là vous pouvez le dépasser, mais faites attention, dit-elle.

La sergente Fournier ajoute que les patrouilleurs poursuivent la surveillance concernant la vitesse excessive, le passage des piétons, le port de la ceinture de sécurité, et le cellulaire au volant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !