•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident d’hélicoptère mortel en Alberta en 2021 : une erreur de jugement du pilote

Chargement de l’image

La famille vivait à DeBolt, une petite communauté agricole située à environ 500 kilomètres au nord-ouest d'Edmonton (archives).

Photo : Fournie par La Presse canadienne

Radio-Canada

L’enquête sur l’accident d’un hélicoptère dans lequel ont péri le pilote, sa femme et deux de ses filles, en janvier 2021 dans le nord de l’Alberta, attribue la cause à une erreur humaine. Le pilote a mal évalué les conditions météorologiques pour son vol de nuit , concluent les enquêteurs.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) indique que les enquêtes menées pour élucider les causes de l’accident ont révélé qu'une évaluation inexacte des conditions météorologiques a conduit le pilote à prendre la décision de décoller alors que les conditions météorologiques étaient inférieures aux limites requises pour un vol à vue (VFR) de nuit .

Le pilote, sa femme et ses deux filles les plus jeunes ont perdu la vie dans l’écrasement de l’avion. Trois enfants plus vieux n'étaient pas à bord de l'appareil.

La famille vivait à DeBolt, une petite communauté agricole située à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Grande Prairie et à environ 500 kilomètres au nord-ouest d'Edmonton.

« Au cours de la journée, des membres de sa famille ont demandé à plusieurs reprises au pilote si le temps allait être acceptable pour le vol de retour ce soir-là. Le pilote a répondu qu'il avait vérifié la météo sur son téléphone et que le temps serait acceptable pour le vol de retour. »

— Une citation de  Le Bureau de la sécurité des transports du Canada

Repères visuels brouillés

Moins de 8 minutes après son décollage, vers 19 h 41, l'hélicoptère, de type Robinson R44 Raven II, s’est écrasé dans un champ avant de s'enflammer.

Le pilote, Wade Balisky, 45 ans, sa femme, Aubrey Balisky, 37 ans, et ses filles Jewel, 8 ans, et Fleur, 2 ans, ont été tués dans l’accident.

Les enquêteurs pensent que, peu de temps après son décollage, les repères visuels du pilote ont été brouillés par la nuit et les nuages et qu’il a été désorienté dans l'espace et incapable de déterminer la vitesse ou l'altitude de l'hélicoptère par rapport au sol.

Le jour de l’accident, la visibilité et les plafonds signalés par les messages d'observation météorologique régulière d'aérodrome pour la région où a lieu l’écrasement ont été qualifiés d'acceptables pour un vol de nuit.

Les prévisions de zone graphique pour le vol proposé indiquaient, en revanche, des visibilités inférieures au minimum requis. Cette information est accessible en téléphonant à un centre d'information de vol de Nav Canada, explique le rapport.

Toutefois, les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace que le pilote ait téléphoné pour en prendre connaissance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !