•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation ralentit un peu aux États-Unis, mais reste très élevée

Chargement de l’image

Discutant de l'enjeu de l'inflation, le président Joe Biden a présenté des mesures ciblant les agriculteurs dans une ferme de Kankakee, en Illinois.

Photo : Reuters / TOM BRENNER

Après sept mois de hausse ininterrompue, l'inflation a commencé à ralentir le mois dernier, tout en continuant à exercer une forte pression financière sur les ménages américains, selon des chiffres officiels présentés mercredi. Le président Joe Biden a annoncé une série de mesures destinées à aider les agriculteurs et à abaisser le coût des denrées, montrant encore du doigt la guerre en Ukraine.

Les prix à la consommation aux États-Unis ont augmenté de 8,3 % en avril par rapport à l'année précédente, selon les données publiées mercredi par le département du Travail. Ce chiffre est légèrement inférieur à la hausse de 8,5 % sur une base annualisée enregistrée en mars, son niveau le plus élevé depuis 1981.

Par rapport au mois précédent, l'indice des prix à la consommation a par ailleurs grimpé de 0,3 % en avril, la hausse la plus modeste enregistrée en huit mois. En mars, la hausse mensuelle avait été de 1,2 %.

Si les plus récentes données peuvent laisser espérer que le pic a été atteint, la situation reste difficile pour des millions de consommateurs – et d'électeurs –, inquiets de l'état de l'économie.

Bien qu'il soit encourageant de constater que l'inflation annuelle s'est modérée en avril, le fait demeure que l'inflation est inacceptable. Comme je l'ai dit hier, l'inflation est un défi pour les familles de tout le pays et la réduire est ma principale priorité économique, a réagi le président Joe Biden par voie de communiqué, faisant écho à la préoccupation exprimée par les Américains dans les sondages.

Le président démocrate, qui voit la hausse du coût de la vie éroder une popularité déjà faible, tente de convaincre les Américains que la Maison-Blanche fait tout en son pouvoir pour agir sur les fronts qu'il peut contrôler, tout en insistant sur l'impact de la guerre en Ukraine sur les prix.

En visite dans une ferme de Kankakee, en Illinois, il a annoncé des mesures très ciblées destinées à contrer la hausse des prix causée par Poutine et à réduire les coûts pour les agriculteurs, de même que le prix des denrées alimentaires.

« En ce moment, l'Amérique se bat sur deux fronts. Chez nous, c'est l'inflation et la hausse des prix. À l'étranger, c'est d'aider les Ukrainiens à défendre leur démocratie et de nourrir ceux qui ont faim dans le monde à cause des atrocités commises par la Russie. »

— Une citation de  Joe Biden, président des États-Unis

La Maison-Blanche a notamment annoncé le doublement du financement de la production nationale d'engrais et une assistance technique accrue pour une agriculture de précision axée sur la technologie.

Les agriculteurs américains ont aidé les Américains à traverser la pandémie de COVID-19 et aident maintenant à faire face aux impacts de la guerre lancée par la Russie en Ukraine, a soutenu M. Biden. Vous êtes la colonne vertébrale de la liberté, a-t-il déclaré.

Le conflit a des répercussions négatives sur la sécurité alimentaire mondiale, non seulement en raison du rôle majeur joué par les deux pays dans l’exportation de nombreuses céréales et cultures, mais aussi sur l'agriculture à l'étranger.

La Russie, sous le coup de sanctions internationales importantes, est le plus gros exportateur mondial d'engrais.

Mardi, le président Biden a promis de tout faire pour juguler la hausse des prix qui pèse sur les ménages, présentant cette lutte comme sa plus grande priorité nationale.

Le camp républicain blâme cependant le président et les démocrates du Congrès, rappelant que les prix avaient commencé à grimper avant la guerre en Ukraine.

Ce gouvernement entièrement démocrate a réussi un revirement économique d'un genre unique. Il a pris une économie qui était prête à prendre son envol en janvier dernier, a changé sa direction et l'a enfoncée dans le sol, a critiqué sur Twitter le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.

Avec les informations de Politico, Washington Post, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !