•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapport « dévastateur » du VG : des élus demandent une tutelle du CISSS de la Gaspésie

Chargement de l’image

Le rapport 2021-2022 du Vérificateur général du Québec

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

À la lumière du rapport « accablant » de la vérificatrice générale du Québec qui fait état de problèmes de gestion graves au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, des élus demandent au ministre de la Santé de placer le CISSS sous tutelle.

C'est un rapport qui, à mon avis, est dévastateur parce qu'on y voit des lacunes phénoménales de gestion des données publiques, commente le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

C'est d'ailleurs à la suite du dépôt, par le député, d’un volumineux dossier au ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS), puis à la vérificatrice générale, que le processus d'audit avait été enclenché en mai 2021.

Je suis très heureux de voir que la VG n'a pas été complaisante, constate M. Roy.

« Ça a été géré à l'image d'une entreprise privée avec des décisions qui allaient à contresens des règles d'éthique, d'embauche, de gestion de contrat. Toutes les règles semblent avoir été bafouées. »

— Une citation de  Sylvain Roy, député de Bonaventure
Chargement de l’image

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, estime qu'une mise sous tutelle est nécessaire pour réellement régler les problèmes de gestion au CISSS de la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Il déplore particulièrement le climat de travail très toxique dans la Baie-des-Chaleurs où on a près de la moitié des cadres qui ont démissionné parce qu'ils n'étaient plus capables d'endurer les conditions de travail.

Ce qui a été le plus dévastateur [pour les employés], ça a été le climat d'arrogance et de toxicité engendré par l'embauche de cadres qui n'avaient pas les compétences, ajoute le député.

Devant ce rapport qu'il qualifie d'accablant, le président du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est-du-Québec (SIIIEQ), Pier-Luc Bujold, réclame la démission de la présidente-directrice générale du CISSS, Chantal Duguay.

Cette dernière a déjà annoncé qu'elle ne solliciterait pas de nouveau mandat à la fin de son contrat, le 31 mars 2022. Or, faute de successeur, elle est toujours en poste depuis, alors que M. Bujold estime qu'elle ne doit pas rester une journée de plus en poste.

Chargement de l’image

Le président du SIIIEQ, Pier-Luc Bujold, demande la démission de la PDG du CISSS de la Gaspésie (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Pour nous, c'est évident qu'elle n'a pas les qualités morales et les compétences professionnelles pour continuer d'occuper ses fonctions au CISSS de la Gaspésie. Je pense que le rapport en est témoin, explique-t-il.

« On veut que le ministre Christian Dubé agisse très rapidement et garde à l'œil le CISSS de la Gaspésie. On demande aussi au conseil d'administration de faire un très bon examen de conscience sur tout ce qui a été relevé. »

— Une citation de  Pier-Luc Bujold, président du SIIEQ

M. Bujold rappelle par ailleurs que plusieurs problèmes mentionnés dans le rapport du VG  étaient des enjeux déclarés par les acteurs du milieu depuis bon nombre d'années et dont le ministre Dubé était au courant.

Une mise sous tutelle demandée

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, a interpellé le ministre de la Santé, Christian Dubé, mercredi matin pour lui demander s'il avait l'intention de placer le CISSS de la Gaspésie sous tutelle.

On va être très, très transparents, a répondu le ministre.

Chargement de l’image

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, ne parle pas de mise sous tutelle, mais estime que les problèmes soulevés « méritent une attention particulière » (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

On espère que le nouveau PDG va tenir compte de nos recommandations parce qu'il y avait effectivement des choses qui n'étaient pas à notre goût et on a pris des décisions importantes. Les éléments soulevés par la VG méritent une attention particulière dans les prochaines semaines, mais il y a déjà un changement de PDG qui a été opéré, a précisé Christian Dubé.

On ignore cependant toujours qui remplacera Mme Duguay, et à quel moment cette personne entrera en fonction.

La réponse du ministre de la Santé apparaît donc insuffisante pour Sylvain Roy, qui estime comme la députée de Gaspé qu'une mise sous tutelle est nécessaire.

« Beaucoup de cadres ont été placés par favoritisme et ces gens-là vont demeurer en poste. Ce n'est pas en éliminant la direction générale qu'on va régler la problématique de gouvernance au CISSS de la Gaspésie. À mon avis, c'est plutôt une tutelle du CISSS que ça prend. »

— Une citation de  Sylvain Roy, député de Bonaventure

Le CISSS se défend

De son côté, le CISSS de la Gaspésie dit accueillir favorablement le rapport du VG.

On s'inscrit dans un processus d'amélioration. Et parmi les points soulevés dans le rapport, il y en a plusieurs qui étaient déjà en travail avant que le VG arrive, indique Chantal Duguay.

« On a un plan d'action à soumettre, il va être soumis, et on va être suivi. Mais je ne vois aucune raison d'avoir une tutelle au CISSS de la Gaspésie. On a développé et maintenu des services, la population est satisfaite des services à la clientèle et en plus on est en équilibre financier.  »

— Une citation de  Chantal Duguay, présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie
Chargement de l’image

Le processus de sélection pour remplacer Chantal Duguay est toujours en cours. Un deuxième affichage s'est conclu le 18 mars dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Au sujet du processus d'embauche des cadres qui semblait dans certains cas favoriser des candidats au détriment d'autres selon le rapport du VG, Mme Duguay assure que le processus d'embauche a toujours été serré.

Ce qui ressort dans le document, c'est un manque de transparence relié au fait qu'il manque des précisions, entre autres dans nos affichages, et qu'on aurait dû formaliser un peu plus nos processus, ajoute-t-elle.

Elle indique notamment que le CISSS a mis en place un comité de pré-sélection des candidats, et une grille de pointage qui sera utilisée lors des entrevues d'embauche.

« C'est beaucoup plus documenté et on se donne beaucoup plus d'outils de travail pour confirmer les choix qu'on fait, ce qui va faire possiblement diminuer la perception des gens, parce que c'est souvent une question de perception. »

— Une citation de  Chantal Duguay, présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie

Sur la question de l'octroi des contrats qui se faisait souvent hors du cadre légal, Mme Duguay indique qu'une nouvelle direction a été mise en place à l'automne dernier pour superviser tous les contrats.

On a mis en place des processus robustes pour tous nos contrats de construction et de fournitures, et les contrats de services, ce qui est relevé c'est qu'on les signe plus tard qu'on aurait dû les signer, donc c'est vraiment une question d'échéancier, souligne-t-elle.

La PDG ajoute que les contrats autorisés avant l'obtention des autorisations nécessaires ont permis d'éviter beaucoup de ruptures de services.

Elle insiste par ailleurs sur le fait que l'équipe de direction en place est très compétente.

Je ne suis pas du tout inquiète pour l'avenir du CISSS de la Gaspésie, ajoute Mme Duguay.

Avec des informations de Roxanne Langlois et Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !