•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral poursuivi pour avoir approuvé le projet Bay du Nord

Chargement de l’image

Une projection a été organisée sur l'édifice où se déroulait l'assemblée générale annuelle de la pétrolière Equinor, à Stavanger, en Norvège.

Photo : POW-projectiononwalls.com

Chargement de l’image

Le groupe Écojustice, au nom des organismes Équiterre et la Fondation du Sierra Club du Canada, poursuit le ministère de l’Environnement et des Changements climatiques en raison de l’approbation récente du projet d’exploitation pétrolière Bay du Nord, de la compagnie norvégienne Equinor.

Le ministre Steven Guilbeault fut le cofondateur d’Équiterre en 1993, avant de devenir son directeur général et porte-parole jusqu'en 2018.

La poursuite cite également l'Agence d'évaluation d'impact du Canada et Équinor.

Dans un communiqué, les deux organismes disent que l'approbation du projet va à l'encontre des obligations internationales du Canada et de l'appel pressant à réduire les émissions mondiales.

Le groupe Écojustice, au nom des deux organismes, a déposé la poursuite à la Cour fédérale le 6 mai.

Chargement de l’image

Le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault a autorisé le projet le 6 avril dernier.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le gouvernement fédéral a donné son aval au mégaprojet au large de Terre-Neuve un mois avant, soit le 6 avril dernier.

Le projet Bay du Nord, de la multinationale norvégienne Equinor, en collaboration avec la compagnie canadienne Husky Energy, prévoit exploiter un gisement de pétrole en eau profonde, une première au pays. Alors qu'Equinor pensait au départ pouvoir extraire 300 millions de barils, ce nombre a plus que triplé dans les estimations plus récentes.

À l'encontre du rapport du GIEC

Cette approbation est survenue quelques jours seulement après la publication d’un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC), qui appelait à une baisse radicale de la production et de la consommation d’énergies fossiles dans le monde.

Le ministre Guilbeault avait justifié sa décision en indiquant que selon l’évaluation du gouvernement fédéral, le projet n’était pas susceptible d'entraîner les effets environnementaux négatifs importants visés au paragraphe 5(1) de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale. L’approbation est aussi conditionnelle à ce que le projet soit carboneutre d’ici 2050.

Chargement de l’image

Bay du Nord est un gisement que souhaitent exploiter la compagnie pétrolière norvégienne Equinor et Cenovus Energy, un partenaire local. Il est situé en eau profonde dans le bassin de la passe flamande, à environ 500 kilomètres à l'est de Saint-Jean de Terre-Neuve.

Photo : Equinor

Les organismes qui intentent la poursuite estiment que le gouvernement fédéral fait fausse route.

Josh Ginsberg, avocat pour l'organisme Écojustice, croit qu'il y a eu des lacunes dans l'évaluation environnementale qui ont mené à l'approbation du projet par le ministre.

L'évaluation environnementale et le ministre refusaient complètement d'évaluer les effets des émissions en aval, déplore Josh Ginsberg.

L'organisme soutient que l'argument de l'industrie et du gouvernement selon lequel le projet de Bay du Nord produira du pétrole propre ne tient pas la route, car on omet d'indiquer que le processus d'extraction du pétrole ne représente que 10 % des émissions d'un projet pétrolier [et que] les 90 % restants proviennent de la combustion du pétrole.

Selon les organismes, les émissions de carbone liées au projet Bay du Nord équivalent à l'ajout de 7 à 10 millions d'automobiles de plus sur les routes par an.

Bay du Nord représente 3,5 milliards de redevances pétrolières pour le gouvernement provincial de Terre-Neuve-et-Labrador, la province la plus endettée au pays. Le gouvernement provincial envisage aussi la création de milliers d’emplois liés au projet.

Le gouvernement provincial a refusé de commenter la poursuite, puisqu’il n’y est pas directement interpellé.

Dans un courriel, une porte-parole du ministère de l'Environnement réitère la position du gouvernement fédéral

L'Agence indépendante d'évaluation d’impacts a réalisé une évaluation environnementale sur Bay du Nord. Ce projet doit atteindre la carboneutralité 2050, en plus de 137 autres mesures de protection de l'environnement juridiquement contraignantes. Bay du Nord sera soumis à des conditions environnementales parmi les plus rigoureuses de l'histoire du Canada et présentera une intensité d'émissions cinq fois moindre que la moyenne des projets pétroliers et gaziers au Canada. Ce projet s'aligne également sur l'ambitieux plan de réduction des émissions de notre gouvernement, qui vise à réduire la pollution, peut-on lire.

Aucune date n'a encore été établie pour les audiences.

Des projections en Norvège pour contester le projet

En marge de l’assemblée générale annuelle de la pétrolière Equinor, en Norvège, Équiterre, le Sierra Club et des organismes environnementaux locaux ont organisé la projection de messages de contestation sur certains édifices, dont une sur le bâtiment où se tenait la rencontre, à Stavanger.

Chargement de l’image

Une autre projection a été faite sur un silo à Stavanger, en Norvège, où on peut lire : Equinor, des milliers de Canadiens s'opposent à votre projet Bay du Nord.

Photo : POW-projectiononwalls.com

Une publicité a aussi été publiée dans le journal norvégien Stavanger Aftenblad. La publicité montrait un paysage du littoral de Terre-Neuve et demandait aux Norvégiens d’appuyer les Canadiens dans leurs efforts pour protéger l’Environnement.

Chargement de l’image

Des manifestants s'opposent au projet d'extraction pétrolière Bay du Nord à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, le 11 mai 2022.

Photo : Radio-Canada / Ted Dillon

Des manifestations ont aussi eu lieu simultanément à Saint-Jean (Terre-Neuve) pour dénoncer le projet mercredi avant-midi.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !