•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada a les outils pour un système d’alerte autochtone, selon un ex-policier

Un toit d'autobus avec l'inscription Alerte Amber en anglais. (archives)

Selon le policier à la retraite François Doré, le Canada a les outils pour créer une alerte destinée aux Autochtones portés disparus. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

L’implantation d’un système national d’alerte pour Autochtone au Canada est réalisable, selon l’analyste en forces policières et ex-policier de la Sûreté du Québec François Doré.

On est équipé pour ça au Canada, a-t-il lancé à l’émission Point du jour mercredi matin.

L’ex-policier a expliqué qu’une procédure régionale peut fonctionner pour retrouver des personnes mineures portées disparues.

« Dès qu’un enfant disparaît, c’est un dossier majeur et on doit prendre toutes les précautions et [tous les moyens possibles] pour aviser la population pour faire avancer le dossier. »

— Une citation de  François Doré, ex-policier de la Sûreté du Québec et analyste en affaires policières

Des bulletins spéciaux peuvent être diffusés dans les radios, les chaînes de télévision et sur les panneaux présents sur les autoroutes. On n’a pas besoin d’appeler ça une alerte Amber. La vie d’un enfant, c’est sacré, a affirmé François Doré.

Il a cité le cas de la disparition d’un enfant au Québec retrouvé au Nouveau-Brunswick.

Plus il se passe de temps entre le moment de la disparition ou de l’enlèvement et la diffusion de l’information, plus le niveau de danger augmente, a-t-il ajouté.

Frank Young toujours introuvable

Le policier à la retraite est d’avis que toutes les possibilités ont été étudiées par les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en ce qui concerne la disparition de Frank Young, 5 ans, de la Nation crie de Red Earth, en Saskatchewan.

Le jeune Frank Young qui tient un dessin avec son nom sur la page.

Frank Young a été vu pour la dernière fois le 19 avril. (archives)

Photo : Facebook/Red Earth Cree Nation

Selon lui, les policiers ont voulu connaître la situation familiale. Est-ce qu’il y avait un problème de couple? Ou encore, est-ce qu'une personne a saisi l’enfant?, a expliqué M. Doré.

« Le 19 avril, c’est majeur. »

— Une citation de  François Doré, ex-policier de la Sûreté du Québec et analyste en affaires policières

Au 22e jour de la disparition de l'enfant, mardi, la Gendarmerie royale du Canada a confirmé qu’il n’y avait aucun signe d’enlèvement. Frank Young a été aperçu pour la dernière fois le 19 avril.

François Doré a rappelé qu'il faut répondre à plusieurs critères pour la publication d’une alerte Amber, comme l’enlèvement d'une personne d’âge mineur, des craintes pour la sécurité et la santé de la personne, le nom d’un suspect, la marque et le modèle d’un véhicule et la direction dans laquelle il se déplace.

Avec les informations de Nicolas Duny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !