•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves du CSPGNO impliqués dans des incidents racistes lors de parties de hockey

Une gardienne de but sur une patinoire.

Jorja Peltier est gardienne de but pour l'équipe de hockey de la Manitoulin Secondary School.

Photo : Avec l'autorisation de Jorja Peltier

Radio-Canada

Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario (CSPGNO) va organiser des séances obligatoires de formation sur la sensibilité culturelle dans toutes ses écoles à la suite d'incidents qui ont impliqué des élèves de l'école secondaire Macdonald-Cartier lors de parties de hockey.

Les incidents ont eu lieu lors de parties de l'équipe de hockey féminine de la Manitoulin Secondary School (MSS), qui affrontait celle de l’école secondaire Macdonald-Cartier.

Des joueuses autochtones de l’équipe de la MSS affirment avoir été témoins de gestes racistes de la part de joueuses de l'équipe adverse.

Deux joueuses de hockey en équipement de jeu.

Jorja et Danica Peltier sont coéquipières et amies.

Photo : Avec l'autorisation de Jorja Peltier

La gardienne de but de l'équipe de la MSS, Jorja Peltier, affirme que pendant deux parties qui ont opposé les deux équipes en mars, elle a vu des élèves faire des cris de guerre, un geste caricatural envers les Autochtones.

Nous espérons qu'ils ne le feront plus si on les dénonce, parce que je ne veux pas que d'autres personnes fassent l'expérience du racisme. C'est honnêtement un sentiment terrible, explique Jorja Peltier.

Danica Peltier, une autre membre de l’équipe de la MSS, affirme que le premier incident dont elle a été témoin s'est produit lors d'une partie à l’aréna de Garson le 1er mars.

Une gardienne de but en équipement sans casque.

Danica Peltier a été blessée par les gestes racistes qu'elle a vus.

Photo : Avec l'autorisation de Danica Peltier.

Elle était assise sur le banc pendant le match lorsqu’elle a vu un élève dans les tribunes tapoter sa main sur sa bouche ouverte dans ce qui semblait être une imitation d'un cri de guerre autochtone stéréotypé.

Je ne voulais pas y croire, je ne voulais pas être la personne qui allait dire que c'était du racisme, alors j'ai simplement détourné le regard, explique-t-elle.

Mais ensuite, j'ai remarqué que mes entraîneurs et mon directeur général l'avaient remarqué eux aussi. C'est là que j'ai su avec certitude de quoi il s'agissait, ajoute-t-elle.

Lors d'une partie qui a eu lieu deux semaines plus tard contre la même équipe, Jorja Peltier dit avoir été témoin d'une chose similaire.

« Dans ce match, nous venions de perdre et il y avait des acclamations. Et sous les acclamations normales, on pouvait de nouveau entendre le cri de guerre. »

— Une citation de  Jorja Peltier

Danica Peltier se souvient de la même chose.

Je me suis sentie vraiment triste que des gens puissent faire ça à une autre équipe, affirme-t-elle.

Formations obligatoires en sensibilité culturelle

Des semaines après le deuxième incident, Jorja affirme qu'elle était toujours troublée. Elle a donc décidé de parler et a écrit ce qui s'est passé dans un éditorial qu'elle a envoyé aux médias locaux.

D'habitude, je suis plutôt introvertie et ce n'est pas moi qui m'exprime, alors je me sens assez forte pour pouvoir le faire. C’est triste que je doive m'exprimer parce que, honnêtement, les gens devraient être éduqués sur l'appropriation culturelle et sur la sensibilité culturelle en 2022, explique-t-elle.

À la suite de cette lettre, Jorja dit avoir reçu une lettre d'excuses de la part du conseil scolaire francophone, qui a également présenté des plans pour une formation à la sensibilité culturelle.

Dans un communiqué de presse, la directrice des communications du conseil, Carole Dubé, a écrit que le Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario a travaillé avec le personnel de l'École secondaire Macdonald-Cartier pour identifier les personnes impliquées.

« Les personnes impliquées comprennent la gravité de leurs actes. Les mesures nécessaires ont été prises pour que cette situation ne se reproduise plus. »

— Une citation de  Carole Dubé, directrice des communications du Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario

Mme Dubé affirme que la commission scolaire produisait depuis plusieurs années des vidéos de sensibilisation aux cultures à l'intention des élèves et du personnel et qu'elle était déterminée à promouvoir le respect de toutes les cultures. Elle a ajouté que cet incident fera avancer ces efforts.

Jorja Peltier croit que la formation à la sensibilité culturelle constituait un très bon premier pas. Elle espère que les élèves impliqués reconnaîtront les conséquences de leurs actes.

J'espère qu'ils savent que ça fait vraiment mal. Ça a ruiné ma saison de hockey. Faites attention à ce que vous dites! Oui, ces actions font mal pendant longtemps, déplore-t-elle.

Avec les informations de Sarah MacMillan, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !