•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillades à Laval : la Ville s’inquiète pour ses jeunes

Un policier traverse le périmètre de sécurité en marchant.

Les policiers de Laval ont établi un périmètre de sécurité dans la rue Beauregard, dans un secteur résidentiel, où les coups de feu ont été tirés.

Photo : Radio-Canada / Patrouille SRC

Radio-Canada

Trois fusillades en trois jours à Laval, dont deux en plein jour devant des enfants. Ce sont les plus récents événements d’une ville où la criminalité augmente et semble cibler les jeunes de plus en plus. La Ville dit comprendre et partager les inquiétudes de la communauté et des parents, et elle assure prendre les choses en main.

On est toujours à la collecte d’informations, nos policiers sont sur le terrain, ils sont très visibles, assure d’emblée Sandra Desmeules, responsable de la sécurité publique à Laval, au micro de l’émission Tout un matin.

Il y a des enquêtes en cours et des informations qu’on ne peut pas donner, mais on peut dire que c’est lié à la guerre de gangs de rue.

Quels gangs de rue? Sandra Desmeules n’a pas cette information, mais elle sait que plusieurs jeunes sont affiliés à ces groupes criminalisés organisés.

« Le recrutement se fait à un très jeune âge, associé à une glorification des armes à feu. Et ça, c’est très inquiétant. »

— Une citation de  Sandra Desmeules, responsable de la sécurité publique à Laval

Dimanche, dans une première fusillade, un homme de 28 ans est mort après avoir été atteint par des projectiles. Cinq personnes, dont un garçon de 14 ans, étaient à bord du véhicule criblé de balles. L’adolescent a été grièvement blessé.

Lundi, c’est un jeune de 15 ans qui a été la cible de coups de feu pendant qu’il marchait sur le trottoir.

Mardi, un homme de 33 ans a été atteint par balles aux jambes en plein après-midi. Mais deux fillettes jouaient juste à côté de la scène avant de partir en courant, selon une vidéo de surveillance d'abord publiée par La Presse puis obtenue par Radio-Canada.

ATTENTION : certaines images dans la vidéo peuvent choquer.

Une fusillade survenue mardi dans un quartier résidentiel de Laval a provoqué une onde de choc dans la communauté. Le reportage de Pascal Robidas.

De la réaction à la prévention

Ce sont ces jeunes que la Ville de Laval vise dans sa stratégie pour lutter contre la montée de la violence sur son territoire. Sandra Desmeules, en poste depuis près de neuf ans, explique qu’il y a trois axes à cette stratégie : le court terme, le moyen terme et le long terme.

À court terme, à la suite des trois fusillades de cette semaine, Laval a renforcé la visibilité des policiers sur le terrain. Ils patrouillent dans le quartier pour décourager de nouveaux événements violents, mais aussi pour récolter des informations sur les événements de la veille. Ils vont d’ailleurs rencontrer les deux fillettes qui ont été témoins de la scène mardi.

« Si vous avez de l’information ou avez été témoin de quelque chose, on vous invite à contacter la police. C’est complètement confidentiel et ça nous aide beaucoup. »

— Une citation de  Sandra Desmeules, responsable de la sécurité publique à Laval

À moyen terme, Laval veut investir dans son corps policier. Déjà 15 nouveaux postes ont été créés pour collecter de l’information, mettre la main au collet de ces individus et arriver à des poursuites criminelles, explique Sandra Desmeules.

À plus long terme, la Ville veut faire de la prévention auprès des jeunes, notamment dans les écoles, où elle souhaite les décourager au décrochage. Du moment qu’ils décrochent, c’est là qu’ils basculent du côté criminel, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !