•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande européenne pour le gaz naturel relance 2 projets majeurs en N.-É.

Chargement de l’image

Le gouvernement fédéral a approché la compagnie Pieridea Energy pour relancer son projet de terminal de gaz liquéfié à Goldboro en Nouvelle-Écosse.

Photo : Pieridae Energy

Radio-Canada

Deux projets de gaz naturel liquéfié pourraient se concrétiser finalement en Nouvelle-Écosse en raison de l’augmentation de la demande du côté européen.

Les projets de Pieridae Energy à Goldboro et de Bear Head Energy à Point Tupper avaient été mis sur la glace, mais montrent maintenant des signes d’avancement.

La compagnie Pieridae Energy, derrière le projet de Goldboro, est en discussion avec le gouvernement fédéral.

Au départ, le projet proposé était évalué à 13 milliards de dollars. Le terminal, s’il se concrétise, permettrait d’acheminer le gaz naturel de l’Ouest canadien en Nouvelle-Écosse, pour ensuite être envoyé en Europe par bateau.

Les coûts élevés et des délais ont incité la compagnie à suspendre le projet, mais l’attaque de la Russie en Ukraine change les choses.

L’impact de la guerre

L’invasion a incité Ottawa à approcher Pieridae pour voir si elle pouvait contribuer aux efforts pour augmenter les exportations vers l’Europe.

C’est un changement de ton du gouvernement fédéral. Pieridae avait demandé une aide financière d’un milliard à Ottawa, aide qui ne s’est pas matérialisée.

Le monde a beaucoup changé depuis, concède le PDG de Pieridae, Alfred Sorensen.

Nous devons tirer avantage de tout le travail déjà fait et voir comment nous pouvons faire avancer le projet rapidement, dit-il.

Plus tôt cette année, la compagnie avait envisagé un plus petit projet sur barge, mais se concentre maintenant sur un terminal terrestre.

Chargement de l’image

Les responsables de Pieridae Energy, basée à Calgary, affirment que le projet d'un terminal GNL terrestre à Goldboro, en Nouvelle-Écosse, avance.

Photo : Gracieuseté : Pieridae Energy

M. Sorensen a bon espoir que le gouvernement fédéral va appuyer le projet et offrir une aide financière.

Même si tout va comme prévu, la liquéfaction du gaz ne commencera pas avant 2027.

Bear Head Energy trouve un acheteur

Pendant ce temps, la compagnie texane Buckeye Partners a annoncé la semaine dernière une entente pour l’achat de Bear Head Energy et son projet de gaz naturel liquéfié de Point Tupper en Nouvelle-Écosse.

Le projet est en développement depuis 15 ans, mais a de la difficulté à convaincre les fournisseurs et les clients potentiels de l’appuyer.

Le gaz naturel serait envoyé à Point Tupper de l’Ouest canadien ou des États-Unis pour être livré ensuite en Europe dans sa forme liquéfiée.

Le permis de construction obtenu par la compagnie est valide jusqu’en décembre 2022 et la compagnie Buckeye Partners croit que ces autorisations placent le projet dans une bonne position pour qu'il soit réalisé rapidement.

Des inquiétudes environnementales

Même si le gouvernement fédéral semble ouvert à appuyer les deux projets néo-écossais, le premier ministre Justin Trudeau a dit dimanche à l’agence Reuters que le pays ne ralentirait pas ses efforts contre les changements climatiques, même si on souhaite appuyer les besoins de l’Europe en matière d’énergie.

La Nouvelle-Écosse souhaite diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 53 pour cent sous les niveaux de 2005 d’ici 2030 et l’objectif du fédéral est une diminution de 40 à 45 pour cent pour la même période.

Mais selon M. Trudeau, le fait que ces installations pourraient être utilisées pour transformer l’hydrogène et l’ammoniac pourrait rendre leur approbation plus compatible avec les objectifs environnementaux.

Avec des informations de Frances Willick de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !