•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention avant d’allumer un feu ce printemps

Une personne qui se réchauffe près d'un feu de camp.

La saison des feux de forêts est à nos portes et la prudence est de mise dans toutes les provinces de l'Atlantique.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le beau temps est enfin arrivé en Atlantique et nombreux sont ceux qui se réjouissent de voir le soleil briller et le mercure monter. Toutefois, il faut rester vigilant, car la saison des feux de forêt est entamée et les quatre provinces émettent déjà des restrictions quant aux feux à ciels ouverts dans plusieurs régions.

Pour plusieurs, les feux de forêt riment avec temps chaud. Cependant, le risque de feux de broussailles au printemps est bien réel.

Étant donné qu’il n’y a pas de feuillage encore, la plupart des feuillus sont en bourgeon, et le fait que la litière de surface, les feuilles qui sont tombées à l'automne précédent, n'aient pas vraiment complété ou amorcé leur décomposition, ça fait en sorte qu'on a une masse de feuilles qui est très sujettes à l'émission, à l'allumage, explique Richard Barry, professeur à l’école de foresterie à l’Université de Moncton.

Considérant les dangers d’une propagation d'incendie au sol, la prudence est donc de mise pour les résidents des quatre provinces de l’Atlantique qui veulent profiter d’un feu à ciel ouvert.

En Nouvelle-Écosse, un important feu de forêt fait rage sur plus de 1000 hectares dans le comté de Yarmouth, depuis lundi.

Un feu de forêt

En Nouvelle-Écosse, un important feu de forêt fait rage sur plus de 1000 hectares dans le comté de Yarmouth, depuis lundi.

Photo : Ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse

Suivre les directives provinciales

En plus de connaître les arrêtés municipaux concernant le brûlage résidentiel de votre collectivité, les résidents doivent aussi suivre les restrictions de brûlage, selon les régions, de chaque province.

Au Nouveau-Brunswick, il est actuellement permis d’allumer un feu à ciel ouvert dans les comtés de Madawaska, du Restigouche et de Gloucester, mais entre 20 h et 8 h seulement. Ailleurs en province, le brûlage est interdit, comme l’indique un bulletin d’alerte. (Nouvelle fenêtre)

Un feu de camp brûle dans un foyer de métal avec, en arrière-plan, un campeur assis à une table à pique-nique.

Les feux extérieurs ne sont pas permis dans plusieurs régions (archives).

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

En Nouvelle-Écosse, les feux de camp sont interdits dans les comtés de Yarmouth et Queens. Partout ailleurs, le brûlage est permis (Nouvelle fenêtre) entre 19 h et 8 h.

À l’Île-du-Prince-Édouard, les résidents de tous les comtés ne peuvent présentement pas faire de feux à ciel ouvert. (Nouvelle fenêtre) Seuls les permis de brûlage industriel peuvent être utilisés dans les régions de l’ouest et du nord-est de la province.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les feux à ciel ouvert sont interdits dans les régions complètement à l’est et l’ouest de la province  (Nouvelle fenêtre)(régions 3-5-11-13). Il est permis d’allumer un feu dans les régions du centre de la province et du sud-est, avec précaution.

Quelques trucs pour éviter un incident

Le chef pompier de la ville de Moncton, Conrad Landry, souligne qu’un résident qui allume un feu à ciel ouvert doit s’assurer de bien suivre certaines directives, telles que d’avoir un boyau d’arrosage à portée de main et de s’assurer d’éteindre complètement le feu avant de s’en éloigner.

Conrad Landry interviewé.

Conrad Landry, chef pompier de la ville de Moncton, rappelle de ne pas jeter de mégots de cigarette par terre, car un feu peut être allumé rapidement, en raison du sol très sec par manque d’humidité au printemps.

Photo : Radio-Canada

Même si les températures plus fraîches des dernières semaines ne semblent peut-être pas nécessairement propices à la formation des feux, quelques-uns ont déjà fait rage au Nouveau-Brunswick, dont un la fin de semaine dernière. 

On a combattu un feu de dix hectares dans le sud-ouest de la province où on a dû être obligé d'utiliser les avions-citernes pour combattre le feu, affirme Roger Collet, garde forestier et agent de prévention des incendies de forêt au Centre provincial de lutte contre les incendies. 

Il souligne que le Nouveau-Brunswick a déjà vu 87 feux de forêt depuis le début de la saison, brûlant un total de 76 hectares.

Avec des informations de Mina Collin et de l’émission La matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !