•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau met sur pied son premier Service de transition écologique

France Bélisle lors de la séance du conseil municipal du 14 décembre 2021.

France Bélisle, mairesse de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La création de ce service est un pas de plus pour aider la Ville à poursuivre son adaptation aux changements climatiques.

Cette nouvelle structure est la première étape d’une gouvernance pour le Plan climat de Gatineau.

Le Plan climat, adopté à l'automne dernier, vise à mieux préparer la Ville à l'urgence climatique. Toutes les actions de la Ville doivent être prises en considérant les changements climatiques. Le but est de réduire les répercussions de ces changements sur la collectivité.

Dans ce contexte, le mandat du Service de transition écologique sera important. Selon un communiqué de la Ville, cette structure devra faire preuve d’exemplarité dans l’action municipale face aux enjeux climatiques.

Concrètement, son équipe devra veiller à l’implantation et à l’avancement d’initiatives écologiques sur le territoire de Gatineau. Elle pourra guider et accompagner les divers secteurs municipaux dans leurs démarches pour aider la Ville à s’adapter aux changements climatiques.

Ce bureau devra aussi préparer un cadre qui permet de prévoir les besoins liés aux défis climatiques et à l’implantation du Plan climat.

Le Service de transition écologique hérite aussi de la lourde tâche de mobiliser l’ensemble de la communauté sur les enjeux des changements climatiques.

Cette nouvelle structure sera fonctionnelle au plus tard en septembre, ce qui laisse à la Municipalité quelques mois pour former son équipe. Onze postes permanents à temps plein seront créés.

Déception et frustration chez des élus

Le Service de transition écologique relèvera de la Direction générale adjointe infrastructures urbaines et environnement de la Ville de Gatineau.

Quelques conseillers ont exprimé leur frustration et leur déception. Ils auraient préféré que le Service de transition écologique soit placé plus haut dans l’organigramme, et qu’il relève directement de la Direction générale.

C'est notamment l'avis de la conseillère du district Mitigomijokan, Anik Des Marais, même si elle reconnaît que la mise en place d'une telle structure est urgente.

Je veux voir le service mis en place le plus rapidement possible et qu'on procède à l'embauche d'un responsable de ça. Mais je veux réitérer ma déception un peu de voir ce service assez bas dans la structure, je pense qu'il fallait explorer la possibilité de le mettre à la direction générale. [...] On parle de revoir la structure, mais dans tous les organisations où je suis allée, les changements de structure, ça se fait difficilement, ce ne sont pas des décisions qu'on prend à la légère et qu'on adapte facilement en cours de route, a-t-elle dit, préoccupée.

Deux femmes et un homme s'entretiennent avec des journalistes.

Anik Des Marais, vice-présidente de la Commission de l'environnement et la lutte aux changements climatiques (à gauche) (archives)

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Le conseiller municipal du district de Hull–Wright, Steve Moran, croit que les décisions sont prises trop rapidement.

C’est une bonne nouvelle. Mais je pense que ce serait encore une meilleure nouvelle, si on avait, je pense, traité ce dossier différemment. Ça nécessite une certaine réflexion sur la façon dont nous fonctionnons. Les décisions prises trop rapidement, ce ne sont jamais les meilleures décisions. Je pense qu’on a perdu l’occasion d’aller chercher un bon débat au sein du conseil municipal, a-t-il indiqué lors de la réunion du conseil municipal.

La mairesse France Bélisle insiste : le Service de la transition écologique est directement lié à l’équipe de la Direction générale. Elle croit que la Ville pourra évaluer la place du nouveau service dans l’organigramme, et apporter des modifications le cas échéant.

Je trouve qu’on est un peu passé à côté de la bonne nouvelle. C’est qu’on attend depuis longtemps et le conseil avant nous aussi attendait un service sur la transition écologique, puis on le fait aujourd’hui. Moi, je pense que Gatineau aujourd’hui avance en termes d’environnement, et on est en train de livrer la marchandise d’une structure qui peut effectivement évoluer au fil du temps, si c’est pertinent. Mais en la structurant de cette façon-là, on se donne la meilleure des chances de la partir, a-t-elle défendu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !