•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des phoques égarés à Trois-Rivières

Chargement de l’image

La survie du phoque dépend de sa capacité à s’alimenter par lui-même. Il ne faut donc pas le nourrir (archives).

Photo : CBC

Chargement de l’image

Ils ont été aperçus, mardi matin, près du Parc de l'île Saint-Quentin, à Trois-Rivières. 

Selon le réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins, l'un d'entre eux nage aisément, tandis que le second s'est échoué sur la rive et une équipe de vétérinaire a tenté d'analyser sa condition.

L’organisme incite les gens à ne pas s'approcher de ces animaux, mais confirme leur présence afin que les gens gardent l'œil ouvert afin de signaler leur présence.  

Cet animal, habitué à vivre en eau saline, pourrait avoir de la difficulté à s’alimenter s’il s’aventure trop longtemps en eau douce. Sa survie dépend toutefois de sa capacité à s’alimenter par lui-même, il ne faut donc pas le nourrir.

Ces deux phoques ont été aperçus à Trois-Rivières au moment même où la survie d’un petit rorqual est menacée à Montréal. Il devrait se retrouver dans son environnement naturel à 450 kilomètres de là. 

Peu fréquent, mais pas exceptionnel

À l’été 2012, un phoque barbu a été observé près de l’Île Saint-Quentin puis un autre en avril 2013 près du club de golf Ki-8-eb. La bête, qui vit habituellement dans l’océan Arctique, est finalement repartie par elle-même. 

En août 2019, un phoque à capuchon juvénile (surnommé phoque à dos bleu) a été retrouvé mort par un riverain de Yamachiche. 

Les plaisanciers sont invités à rehausser leur vigilance afin d’éviter toute collision avec ces bêtes. Rappelons qu’il est interdit de manipuler un mammifère marin sans d’abord avoir obtenu un permis de Pêches et Océans Canada. 

Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins rappelle sur son site internet qu’il est normal qu’un phoque sorte hors de l’eau. Il s’agit d’un animal sauvage qui peut se déplacer rapidement, réagir agressivement et mordre sans oublier le risque de transmettre des maladies. Il est donc fortement conseillé de tenir vos chiens en laisse si vous circulez dans ce secteur tout en conservant une distance d’au moins 50 mètres avec l’animal afin qu’il puisse se reposer et se déplacer librement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !