•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les débarquements de crabe des neiges dans la Péninsule acadienne ralentissent

Chargement de l’image

Le rythme des débarquements de crabe a ralenti depuis le début de la saison.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Chargement de l’image

Après le début de la saison et un rythme soutenu de la pêche, les quantités de crabe débarquées à quai ont diminué.

La pêche au crabe des neiges a connu un départ canon le 13 avril. Cette pêche a débuté une dizaine de jours plus tard que l'an dernier.

Chargement de l’image

Les crabiers ont débuté la pêche le 13 avril. Le rythme des débarquements a ralenti au cours des dernières semaines. l

Photo : Radio-Canada

Le conseiller aux pêches à la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels, Paul Robichaud, est bien au fait des statistiques.

Pour ne pas faire de jeu de mots, la saison est un peu en queue de poison, fait-il remarquer. Elle a débuté de façon agressive, c'est-à-dire que les débarquements, le crabe étaient au rendez-vous. Le crabe était de qualité. Il est toujours de qualité, mais les débarquements ont considérablement diminué.

Il précise qu'un peu plus de la moitié du contingent de crabe a été pêché. Selon les données recueillies, cette proportion était d'environ 60 pour cent l'an dernier après le même nombre de jours de pêche.

Les trois facteurs clés

Le conseiller aux pêches attire l'attention sur trois facteurs qui sont surveillés de près, non seulement par les pêcheurs, mais par tous ceux et celles qui gravitent de près autour de cette industrie.

Chargement de l’image

Présence des baleines noires de l'Atlantique, statistiques des débarquements, Paul Robichaud est au fait des plus récentes données qui ont un impact sur la pêche au crabe.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Il s'agit de la période d'accouplement du crabe, durant laquelle le crustacé ne se nourrit pas, l'arrivée des baleines noires de l'Atlantique, qui mène à des fermetures de secteurs de pêche et la présence de crabe mou, qui change de carapace, et qui peut aussi mener à des fermetures de zones quand sa proportion atteint 20 pour cent.

Ces éléments-là font en sorte que plus la saison de pêche avance, plus c'est difficile pour les pêcheurs de capturer leur contingent, affirme-t-il. C'est la raison pour laquelle on fait énormément d'efforts pour que la saison débute très tôt le printemps.

Il ne faut pas s'étonner que les pêcheurs aient mis différents moyens à contribution, notamment un pic en acier lancé sur les glaces près des quais pour désengorger ceux-ci.

Entre-temps, Paul Robichaud va continuer de compiler les statistiques en se croisant les doigts pour la suite des choses.

On espère tout simplement que les prises vont être au rendez-vous afin de pouvoir capturer la totalité du contingent de crabe et pour que cette industrie puisse continuer d'être un moteur économique important pour la Péninsule acadienne et l'ensemble du Nouveau-Brunswick.

La saison de la pêche au crabe doit prendre fin le 30 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !