•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coastal GasLink reçoit une deuxième amende pour des violations répétées

Une pancarte indiquant un danger en raison de la construction d'un pipeline.

Le gazoduc Coastal GasLink est en cours de construction près de Kitimat, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron

Radio-Canada

Le Bureau d'évaluation environnementale de la Colombie-Britannique a imposé une deuxième pénalité administrative à Coastal GasLink pour non-respect d’ordonnances environnementales liées au contrôle de l'érosion et des sédiments. Coastal GasLink doit payer une amende de 170 100 $.

Selon l’organisme provincial, l'entreprise n'a pas respecté les conditions et les ordres énoncés dans son certificat d'évaluation environnementale de 2014, qui stipule qu’elle doit avoir un plan pour protéger les cours d'eau contre les sédiments qui peuvent nuire à l'habitat des poissons et à la qualité de l'eau.

Le gouvernement affirme que l’amende survient à la suite de plusieurs inspections qui ont révélé des problèmes répétés en la matière.

Coastal GasLink avait déjà reçu une première pénalité en février et avait été condamnée à payer une amende de 72 500 $.

Selon la province, il y a eu 40 inspections le long du tracé du gazoduc depuis le début des travaux en 2019, et les inspecteurs ont délivré 37 avertissements, 16 ordres et 2 pénalités administratives.

D'après Coastal GasLink, le tracé de 670 kilomètres de son pipeline croise 625 cours d’eau, ruisseaux, rivières et lacs qui comportent tous des habitats de poissons vitaux.

Les sédiments et l'eau trouble provenant de la construction des voies navigables peuvent réduire la productivité biologique des systèmes aquatiques et étouffer les œufs de poisson.

Le gazoduc de 6,6 milliards de dollars est conçu pour transporter du gaz naturel obtenu par fracturation hydraulique dans le nord-est de la Colombie-Britannique vers un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) de 40 milliards de dollars à Kitimat, dans le nord-ouest de la province, en vue de l'exportation vers l'Asie.

Le gazoduc fait l'objet de tensions et d'une vive opposition en territoire wet'suwet'en.

Avec des informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !