•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba à la traîne pour l’attente des opérations de genoux et de cataractes

Chargement de l’image

Le Manitoba est en queue de peloton en ce qui a trait à l'attente pour certaines opérations, par rapport aux autres provinces canadiennes.

Photo : Getty Images / Morsa Images

Radio-Canada

Une analyse des temps d’attente pour l’obtention de chirurgie et de diagnostic, durant les 18 premiers mois de la pandémie, montre que le Manitoba a pris du retard par rapport à presque toutes les provinces relativement aux chirurgies de la cataracte et du genou.

D’avril 2020 à septembre 2021, la dernière analyse de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) montre qu’un peu plus du tiers des Manitobains sur la liste d’attente pour une opération de l'arthroplastie du genou, soit 38 %, ont été opérés dans le délai de référence national de 6 mois.

Le Manitoba est à la traîne de toutes les provinces à cet égard. La Saskatchewan fait pire à 30 %, alors que la moyenne nationale est de 59 %. L’Ontario fait mieux, avec 71 % des patients traités dans les délais.

Le Manitobain René Comeault attend une opération aux genoux depuis un an et demi, mais ne cultive pas d’amertume envers le personnel soignant, malgré le retard.

Ce n'est pas la faute des chirurgiens, ils peuvent juste faire avec ce qu'on leur a donné. J'espérais que le gouvernement puisse en faire un petit peu plus, réagit-il.

Le Manitoba s’est également classé à l’avant-dernier rang pour le temps d’attente pour les opérations de la cataracte au cours des 18 premiers mois de la pandémie, devant l'Île-du-Prince-Édouard.

Selon l’ICIS, 39 % de ces patients ont été opérés dans la période de référence de 112 jours, comparativement à 66 % à l’échelle nationale. Ce niveau était de 70 % avant la pandémie sur le plan national.

C’est mieux qu’avant la pandémie au Manitoba, mais si l'on regarde à l’échelle du pays, c’est encore beaucoup moins que la plupart des autres provinces, soutient la gestionnaire de l’analyse du système de santé de l'ICIS, Erin Pichora.

Le résultat manitobain ne surprend pas l'ophtalmologiste à l'Hôpital Misericordia de Winnipeg, la Dre Jennifer Rahman, qui affirme que les ophtalmologistes sont débordés.

Les ophtalmologistes, nous nous démenons vraiment pour que tous nos patients soient traités dans un délai raisonnable afin qu'ils puissent conserver leur permis de conduire, qu'ils puissent continuer à travailler et à rester indépendants, relate-elle.

En Alberta, 64 % des patients atteints de cataracte ont été opérés dans les délais, et 63 %, en Saskatchewan.

Militante pour la santé des aînés et infirmière à la retraite, Trish Rawsthorne s’explique mal les temps d’attente pour les opérations de la cataracte au Manitoba, compte tenu du vieillissement similaire de la population dans certaines autres provinces.

Dans quelques années, je ne sais pas où nous en serons, parce que c’est simplement une situation liée à l’âge. Nous ne pourrons jamais rattraper le retard, déclare-t-elle.

Trish Rawsthorne affirme que ces constats mettent en lumière la nécessité d’augmenter le nombre d'interventions dans la province afin de réduire les retards.

Sinon, nous fonçons dans le mur et nous allons simplement attendre que d’autres complications surviennent, qu’elles soient plus graves et que des personnes soient hospitalisées, poursuit-elle.

Mme Rawsthorne souligne que les données de l’ICIS sont basées sur les personnes figurant sur les listes d’attente et ne tiennent pas compte des personnes qui ont besoin d’une intervention, mais qui ne sont pas comptabilisées comme telles dans les registres officiels.

Du positif pour les traitements de radiothérapie

La plupart des interventions urgentes, comme la radiothérapie pour traiter un cancer et la réparation d’une fracture de la hanche, ont été réalisées dans les délais recommandés.

Entre avril et septembre 2021, 85 % des réparations d’une fracture de la hanche ont été effectuées dans le délai recommandé de 48 heures selon les normes nationales, et 97 % des traitements de radiothérapie, dans le délai de 4 semaines, écrit l'ICIS.

Au Manitoba, 89 % des fractures de la hanche l’ont été dans le délai prescrit, tandis que 100 % des traitements de radiothérapie l’ont été dans les mêmes circonstances.

Avec les informations de Bryce Hoye et d'Émile Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !