•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de nouvelles mesures face à la hausse des prix de l’essence en Colombie-Britannique

Un homme charge la remorque d'un camion.

Un rabais pour les clients admissibles de la Société d'assurance automobile de la Colombie-Britannique sera versé cette semaine. (Archives)

Photo : CBC/Ben Nelms

Radio-Canada

Alors que le prix du litre d’essence ordinaire a dépassé les 2 $ à Victoria et à Vancouver, le gouvernement de la Colombie-Britannique assure surveiller la situation, mais n’a pas pour l’instant de nouvelles mesures à annoncer. Cette semaine, des conducteurs et des entreprises devraient néanmoins recevoir un rabais promis en mars dernier.

Pour le ministre de l'Énergie, Bruce Ralston, l’augmentation du coût de l'énergie et de l’essence ne concerne pas seulement la province. C’est partout au Canada, c'est partout en Amérique du Nord, c'est partout en Europe, a-t-il déclaré lundi en conférence de presse.

« Cela a un impact énorme sur la société, cela ne fait aucun doute. Nous répondons donc du mieux que nous pouvons. »

— Une citation de  Bruce Ralston, ministre de l'Énergie de la Colombie-Britannique

Qualifiant cette hausse de sans précédent, il a expliqué qu’il est très difficile de protéger le prix de l'énergie parce qu’une grande partie du prix de l'énergie n'est pas définie localement. Bruce Ralston a expliqué ne pas pouvoir faire de prédiction sur les prix à venir face à l’incertitude notamment de la guerre en Ukraine. Nous ne savons tout simplement pas [ce qui va se passer], a-t-il concédé.

Il a néanmoins reconnu que la période est très difficile pour les Britanno-Colombiens et assuré que le gouvernement est parfaitement conscient de l’impact de la hausse de l’énergie sur les résidents.

Interrogé à plusieurs reprises sur les actions que la province a l'intention de mettre en place pour soulager les ménages, le ministre a seulement mentionné le rabais pour les clients admissibles de la Société d'assurance automobile de la Colombie-Britannique (ICBC).

Un rabais qui ne dédommage pas entièrement les gens pour l'augmentation qu'ils subissent, a-t-il reconnu.

« Nous faisons ce que nous pouvons et envisagerons d'autres mesures. »

— Une citation de  Bruce Ralston, ministre de l'Énergie de la Colombie-Britannique

Un coût qui se répercute partout

Le député libéral Peter Milobar considère quant à lui qu'il y a une politique gouvernementale et une situation fiscale gouvernementale en Colombie-Britannique en décalage avec toutes nos juridictions voisines, notamment avec l'Alberta qui a suspendu la taxe provinciale sur les carburants début mars.

Le ministre de l'Emploi, de la Relance économique et de l'Innovation de la Colombie-Britannique, Ravi Kahlon, a de son côté évoqué les applications de livraison de nourriture qui ne peuvent pas être empêchées d’augmenter leurs frais. J'espère certainement qu'elles les transmettent à leurs chauffeurs qui sont en fait ceux qui subissent les coûts supplémentaires de l'invasion [russe en Ukraine].

Il a ajouté qu'en cas d’augmentation spectaculaire de ces frais, la province devra les examiner.

Le PDG de l’Association des camionneurs de la Colombie-Britannique, Dave Earle, explique que tout est impacté par la hausse de l’énergie. Les prix du carburant sont un des facteurs, mais la disponibilité des chauffeurs et des équipements en est un autre.

« En Colombie-Britannique, nos membres nous disent que le coût des consommables numéro un est [...] certainement le carburant. Cela représente entre 30 et 50 % de leurs coûts d'exploitation. »

— Une citation de  Dave Earle, PDG de l’Association des camionneurs de la Colombie-Britannique

Une hausse qui va également se répercuter, selon lui, sur le coût de la construction de logements, car il faut déplacer les matériaux de construction.

« Littéralement, tout ce que vous achetez, tout ce que vous touchez, tout ce que vous apportez dans votre vie coûtera un peu plus, car cela coûte plus cher de vous le faire parvenir. »

— Une citation de  Dave Earle, président-directeur général de l’Association des camionneurs de la C.-B.

Pour Janet Tan, copropriétaire du magasin Blue Mountain Produce, à Coquitlam, les prix ont indéniablement tous augmenté et il existe des problèmes d’approvisionnement pour certains produits.

Nous avons toujours voulu maintenir nos prix bas parce que nous voulions les rendre abordables pour notre communauté, explique Janet Tan. Malheureusement, nous avons dû prendre la décision difficile d'augmenter bon nombre de nos prix.

La réalité est telle que Janet Tan explique que son magasin ne survivrait pas sans cette augmentation des prix, les coûts de fonctionnement et charges ayant eux aussi augmenté.

« Nous survivons [...] nous avons du mal à trouver un équilibre entre nos dépenses et nos revenus. »

— Une citation de  Janet Tan, copropriétaire du magasin Blue Mountain Produce

Avec les informations de Joel Ballard et Mike McArthur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !