•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La soirée est (encore) jeune tire sa révérence devant un public déjà nostalgique

Les trois animateurs dans un photomontage pour l'émission <i>La soirée est (encore) jeune</i>.

Olivier Niquet, Jean-Philippe Wauthier et Jean-Sébastien Girard

Photo : Radio-Canada

Charles Rioux

Après plusieurs faux adieux, l’émission La soirée est (encore) jeune a tiré sa révérence dimanche soir devant une foule en liesse au MTelus, à Montréal. Sans trop verser dans la nostalgie, Jean-Philippe Wauthier, Olivier Niquet et Jean-Sébastien Girard ont livré ce qu’ils ont le mieux fait ensemble dans les 10 dernières années : un « maudit » bon show de radio.

L’émotion était palpable dans la salle lorsque le rideau s’est levé sur les trois animateurs, qui s’apprêtaient à vivre leurs deux dernières heures de radio ensemble (du moins dans le format de La soirée...). Qui de mieux pour conclure cette aventure avec eux que les trois dames de cœur qui ont contribué à redonner du pep à une formule qui s’épuisait un peu au début de la pandémie?

Anne-Marie Cadieux, Élise Guilbault et Nathalie Petrowski ont une fois de plus assuré le pendant féminin du « boys' club » d’ICI Première avec humour et élégance, acceptant avec le sourire les pointes parfois dévastatrices de Jean-Sébastien et de Jean-Philippe, très conscientes des codes de leur humour souvent déguisé en vacheries.

Quelques chouchous du trio au fil des dernières années ont défilé sur la scène tout au long de la soirée, de Louis-José Houde à Rosalie Vaillancourt en passant par David Goudreault, qui a livré un poignant témoignage d’amour en forme d’adieu aux trois acolytes sur les accords de guitare de Louis-Jean Cormier.

Le volet musical de la soirée a d’ailleurs été rondement assuré par ce dernier, mais aussi par le groupe Vulgaires Machins et Elliot Maginot, qui a offert au piano un pot-pourri des meilleurs jingles de l’émission, de La recette de nos vedettes à Vous êtes chez vous chez nous. Un cadeau en or pour Jean-Sébastien, dont la voix parfois approximative, mais unique, a marqué au fer rouge les 10 ans de l’émission, jusqu’au dernier segment d’« Allô Bobo », dimanche soir, où le sympathique verbomoteur n’a pu s’empêcher de verser une larme.

La soirée est morte, vive La soirée

Comment résumer en quelques lignes l’impact de La soirée est (encore) jeune sur les ondes d’ICI Première? Le spectre est large entre les personnes qui n’y ont jamais trouvé leur compte et d’autres qui suivaient l’émission avec une ferveur presque religieuse, comme les 7000 membres du groupe Facebook La soirée est (encore) jeune : le pool.

Toutefois, pour ceux et celles qui ont accepté la proposition audacieuse de l’émission, affrontant la barrière des blagues d'initiés (inside jokes) du trio qui peut paraître à première vue un peu rébarbative, La soirée restera dans leurs esprits comme une véritable lettre d’amour à la radio. Elle a transformé le public captif, normalement associé au média, en communauté contribuant activement à l’univers de l’émission.

Pour écouter ou réécouter la dernière de La soirée est (encore) jeune, rendez-vous sur le site de Radio-Canada OHdio.

Un internaute membre du groupe Facebook a d’ailleurs trouvé les mots justes pour décrire le sentiment qui habitait plusieurs fans de l’émission en cette fin de parcours:

Je sais pourquoi j'ai de la peine. La soirée, c'est comme mes amis d'adolescence. On riait sans se parler, on se comprenait; nous avions nos inside, a-t-il écrit. J'ai perdu ce sentiment dans la vingtaine et je l'ai retrouvé dans ma trentaine et ma quarantaine qui s'égraine.

En 10 ans, Jean-Philippe Wauthier, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet ont su dérider le public et changer l’image historiquement très sérieuse d'ICI Radio-Canada Première. Contre vents et marées, du départ acrimonieux de Fred Savard aux quelques périodes d’épuisement qui se sont fait ressentir en ondes, ils ont su garder l’esprit de franche camaraderie qui a fait leur succès.

Le vide que l'émission laissera sur les ondes se fera ressentir longtemps. En première phase de deuil, le public n’en est probablement pas à imaginer déjà qui pourrait remplacer un jour ce groupe d’amis qui avait trouvé la formule parfaite.

Mais la question se pose : La soirée aura-t-elle été une étoile filante dans le paysage radiophonique québécois ou aura-t-elle ouvert une brèche par laquelle pourra se faufiler une nouvelle génération de personnes passionnées à la langue bien pendue?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !