•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs disent travailler à perte en raison du prix de l’essence

Une femme avec une pancarte devant un camion.

Les camionneurs souhaitent que Québec ajuste ses tarifs.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Les transporteurs en vrac membres de l'Association nationale des camionneurs artisans manifestent un peu partout au Québec lundi, dont à Rimouski, à Matane et à Mont-Joli. Ils réclament une réévaluation immédiate des tarifs calculés par le ministère des Transports pour le remboursement de leurs dépenses en carburant.

En raison de la montée des coûts du carburant, les camionneurs affirment travailler à perte en ce moment.

En mars, les camionneurs devaient débourser 0,60 $ du litre, au mois d'avril 0,45 $ du litre et en mai on va dépasser le 1,00 $ que les camionneurs sortent de leur poche à chaque litre qu'ils mettent dans le camion, déplore le directeur général des transporteurs en vrac de Rimouski, Maxim Leblanc.

« Quand ils ont sorti les tarifs pour 2022, au début de l'année, ils se sont basés sur un prix du diesel à 1,14 $ du litre. Présentement, on s'entend qu'il est au-delà de 2,00 $, donc l'ajustement n'est pas adéquat. »

— Une citation de  Maxim Leblanc, directeur général des transporteurs en vrac de Rimouski
Des camionneurs réunis devant le bureau du ministère des Transports à Rimouski.

Des camionneurs se sont réunis devant le bureau du ministère des Transports à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L'Association affirme que plusieurs approches auprès du ministère des Transports pour qu'il assume l'explosion des prix du carburant ont été jusqu'ici improductives.

Il faut avoir une réponse du ministre [des Transports, François] Bonnardel. Nos gars ne sont plus capables, c'est pas compliqué, les petites entreprises de camionneurs en vrac, elles vont crever dans les prochains mois si ça ne change pas, ajoute M. Leblanc.

On travaille, ça prend 45 à 60 jours avant de se faire payer. [...] Les gars ne sont plus capables de travailler à ce prix-là, indique de son côté Marc Wall, qui représente l'Association des camionneurs artisans en Gaspésie.

Des camionneurs réunis devant leurs camions.

Des dizaines de camionneurs se sont réunis à Rimouski lundi matin.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le présent contexte financier démontre, selon les camionneurs artisans, que la formule actuelle d'ajustement mensuel du tarif selon le prix du carburant à la rampe de chargement est loin de combler les pertes engendrées par la hausse réelle des prix.

Manifestants avec des pancartes.

Des camionneurs ont manifesté devant le bureau du député Pascal Bérubé, à Matane.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les camionneurs entendent visiter chaque bureau de circonscription des élus de l'Assemblée nationale, ainsi que les centres de services et les directions territoriales du ministère des Transports. Ils affirment que si leur manifestation n'atteint pas ses objectifs, d'autres actions seront envisagées, dont des interventions lors d'activités politiques ou pendant des annonces publiques.

Le MTQ en analyse

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) assure, par courriel, être sensible aux préoccupations des membres de l’ANCAI.

Une table ministérielle impliquant l’industrie du courtage en service du camionnage en vrac sera mise en place prochainement avec comme objectif d’améliorer l’application de l’encadrement du transport du vrac.

Le MTQ souligne être en train d'analyser présentement des avenues, de court et moyen terme, permettant de soutenir les camionneurs dans ce contexte exceptionnel de la hausse du prix du carburant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !