•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison de soins palliatifs du Saguenay forcée de fermer la moitié de ses lits

Chargement de l’image

La Maison de soins palliatifs du Saguenay a réduit de moitié sa capacité d’accueil depuis le mois dernier en raison du manque de personnel.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Chargement de l’image

La Maison de soins palliatifs du Saguenay est encore aux prises avec un manque criant de personnel, ce qui provoque la fermeture de la moitié de ses 12 lits.

On a un bon défi de recrutement. La crise de la pénurie de la main-d’œuvre, c’est sûr que ça nous touche beaucoup. On avait un travail à faire au niveau de l’augmentation salariale afin d’être plus concurrentiels avec les autres milieux de soins, a expliqué la directrice générale de l’établissement, Marie-Hélène Tremblay, en entrevue à l’émission matinale C’est jamais pareil.

Des discussions sont en cours avec le syndicat. La bonification du financement accordé par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec est utilisée comme levier par la direction pour améliorer les salaires.

Chargement de l’image

Les chambres de la Maison des soins palliatifs du Saguenay sont adaptées pour les patients en fin de vie.

Photo : Radio-Canada

Selon Marie-Hélène Tremblay, tous les employés font leur part pour assurer les services aux bénéficiaires en cette période difficile. 

« On a actuellement cinq postes de découverts depuis plusieurs mois, et là je parle uniquement de soins infirmiers, des infirmières et infirmières auxiliaires. C’est sûr qu’avant l’été, ce serait vraiment important qu’on réussisse à embaucher quelques personnes. »

— Une citation de  Marie-Hélène Tremblay, directrice générale, Maison de soins palliatifs du Saguenay

Actuellement, des familles de personnes en fin de vie doivent essuyer des refus en raison du manque de personnel. Lorsqu’un lit se libère, chaque dossier est analysé puis priorisé.

On essaie de remplacer nos lits le plus rapidement possible pour permettre au plus de gens possible de profiter de la Maison, mais c’est sûr qu’en ce moment, il y a des gens qui pourraient profiter de la Maison qu’on ne peut malheureusement pas recevoir parce qu’on ne peut pas assurer la sécurité des résidents. Et ça, c’est très important. On n’est pas prêts à lésiner sur la qualité et la sécurité des résidents, insiste Marie-Hélène Tremblay.

Chargement de l’image

La Maison de soins palliatifs du Saguenay se trouve dans l'arrondissement de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

D’autres établissements touchés

Près de 80 % des maisons de soins palliatifs du Québec sont aux prises avec un manque d’effectifs. Nombre d’entre elles doivent revoir leurs politiques salariales afin d’attirer du personnel. Les résidences pour personnes âgées, le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean et les agences privées offrent des salaires plus alléchants financièrement aux infirmières, ce qui exacerbe les problèmes de recrutement, soulève Marie-Hélène Tremblay.

Notre désir est de garder la Maison ouverte. On préfère baisser le nombre de lits et garder la maison ouverte le plus longtemps possible, a poursuivi la directrice, qui admet que le fait de voir des lits vides brise le cœur de la direction et du personnel.

Une centaine de bénévoles contribuent au maintien des activités de la Maison de soins palliatifs du Saguenay. L’organisme s’est d’ailleurs mérité un prix hommage aux bénévoles il y a quelques jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !