•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 20 000 $ pour le mandat d’enquête à la STS

La pancarte de la Société de transport du Saguenay installée sur un arrêt d'autobus à l'Université du Québec à Chicoutimi.

Des lacunes sévères ont été observées à la STS par l'ex-vérificatrice générale de Saguenay, Sylvie Jean.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Le mandat d’enquête confié à la firme Raymond Chabot Grant Thornton afin de faire la lumière sur la gouvernance à la Société de transport du Saguenay (STS) coûtera autour de 20 000 $ à l’organisme.

Une résolution adoptée lors de l’assemblée du conseil d’administration du 21 mars, fournie à Radio-Canada par le directeur général par intérim de la STS, Frédéric Michel, fait état d’un contrat de 18 800 $ plus taxes.

La société a sollicité deux offres écrites auprès d’entreprises spécialisées en ressources humaines et en diagnostics organisationnels avant d’arrêter son choix sur Raymond Chabot Grant Thornton.

Le mandat d’enquête a été accordé dans la foulée du dépôt du rapport dévastateur de la vérificatrice générale de Saguenay en février. Sylvie Jean relevait alors des lacunes majeures en termes de gouvernance et en matière de gestion du matériel roulant. Plus de 70 recommandations ont été émises.

À la suite du dépôt du rapport, le directeur général, Jean-Luc Roberge, a été suspendu avec solde.

Un homme avec une tuque pose devant une affiche dehors l'hiver.

Jean-Luc Roberge en février 2022.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Les rencontres menées par les spécialistes de Raymond Chabot Grant Thornton dans le dossier de la STS ont débuté le 4 avril. Outre le directeur général suspendu, les membres du conseil d’administration, des employés et des élus sont rencontrés.

La Société de transport du Saguenay administre un budget annuel de 25 millions de dollars, dont la moitié provient des coffres de la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !