•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les colombophiles de Windsor sont prêts à lancer la saison de courses

Carlo Bertolissio, à gauche, et Robbie Taylor, à droite, qui tiennent un pigeon chacun.

Carlo Bertolissio, à gauche, et Robbie Taylor, à droite, se préparent pour une nouvelle année de courses de pigeons.

Photo : CBC

CBC

Carlo Bertolissio et ses oiseaux se préparent à une saison de courses de pigeons bien remplie, qui commence cette fin de semaine dans le Sud-Ouest de l’Ontario.

Le Windsorien garde des pigeons dans son jardin – un passe-temps qu’il aime depuis son enfance.

À l’époque, quand j’étais à l’école élémentaire, la moitié des garçons de la classe avaient des pigeons. Une maison sur deux avait un pigeonnier, raconte Carlo Bertolissio.

« C’est un sport qui demande beaucoup de travail et beaucoup d’ambition. »

— Une citation de  Carlo Bertolissio, colombophile de Windsor

M. Bertolissio fait partie du Club de colombophiles de Windsor, fondé en 1927. Bien que le groupe ne compte plus qu’une quinzaine de membres, ceux-ci attendent toujours avec impatience de début de la saison de courses chaque année.

Les membres du groupe déposeront leurs pigeons au Windsor Sportsmen’s Club ce week-end. De là, quelqu’un conduira les oiseaux à des kilomètres de distance. Les courses se déroulent progressivement tout au long de l’été.

Grâce à leur capacité naturelle à trouver leur chemin, les pigeons qui participent à ces courses peuvent parcourir jusqu’à 600 kilomètres pour rentrer chez eux.

Carlo Bertolissio indique que certains critiquent ce sport, mais il dit que les oiseaux sont libres de partir quand ils le souhaitent. Selon lui, la plupart choisissent de retourner dans leur pigeonnier.

Ils sont libérés tous les matins et tous les soirs pour faire de l’exercice et ils peuvent partir, explique-t-il. Les oiseaux restent de leur plein gré.

Robbie Taylor, qui habite à Amherstburg en Ontario, aime aussi ce sport, après avoir appris de son oncle comment élever les oiseaux.

J’ai commencé à participer aux courses avec lui en 2009, raconte-t-il.

Robbie Taylor trouve d’ailleurs incroyable que les pigeons reviennent à la maison.

Personne ne sait vraiment comment, dit-il. Certains disent que c’est le soleil, d’autres disent qu’ils ont un champ magnétique – mais personne ne le sait vraiment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !