•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En visite surprise en Ukraine, Trudeau accuse Poutine de crimes de guerre « odieux »

Ottawa fournira une aide militaire supplémentaire de 50 millions de dollars à l'Ukraine, relancera les activités diplomatiques de l'ambassade canadienne à Kiev et lèvera les tarifs douaniers sur les importations ukrainiennes.

Justin Trudeau et Volodymyr Zelensky lors d'un point de presse commun en Ukraine

Justin Trudeau a notamment annoncé la réouverture de l'ambassade du Canada en Ukraine.

Photo : Getty Images / SERGEI SUPINSKY

Au tour du premier ministre du Canada d’effectuer une visite surprise en Ukraine. Justin Trudeau a réitéré le soutien « inébranlable » du Canada au peuple ukrainien devant l’agression russe et a salué l’« extraordinaire leadership » de son homologue Volodymyr Zelensky, qu’il rencontrait dimanche pour la première fois depuis le début du conflit.

Lors d'un point de presse commun, le premier ministre canadien a rapidement tourné son attention vers Vladimir Poutine, le tenant une fois de plus responsable d'atrocités.

« Il est clair que Vladimir Poutine est responsable de crimes de guerre odieux. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le Canada, a-t-il ajouté, appuiera l’Ukraine dans sa quête de justice et d’imputabilité.

Évoquant une forme de reconnaissance de la bravoure et des capacités du peuple ukrainien, le premier ministre a annoncé la réouverture progressive de l’ambassade canadienne à Kiev.

Il a accueilli plus tôt en journée l'ambassadrice Larisa Galadza à son arrivée et a assisté à la levée du drapeau unifolié au-dessus de l'ambassade canadienne.

Le premier ministre Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau hisse le drapeau canadien à l'ambassade du Canada à Kiev. Le drapeau a été levé à côté de l'immeuble, car le premier mât choisi était brisé.

Photo : Radio-Canada

Accompagné au cours de cette visite inopinée par la ministre des Finances, Chrystia Freeland, et de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, le premier ministre en a aussi profité pour annoncer une bonification de l'aide canadienne à l'Ukraine.

Sur le plan militaire, Ottawa fournira 50 millions de dollars de plus. Cette dernière tranche d'aide comprendra l'envoi de caméras pour drone, des technologies d'images satellites, des munitions et un soutien financier pour les opérations de déminage.

Justin Trudeau et Oleksandr Markouchine.

Le premier ministre, Justin Trudeau, marche avec le maire d’Irpin Oleksandr Markouchine lors d’une visite surprise en Ukraine.

Photo : Associated Press

Justin Trudeau a aussi annoncé la levée des tarifs douaniers sur les importations ukrainiennes et le versement de 25 millions au Programme alimentaire mondial pour contrer l’insécurité alimentaire au pays.

Interrogé à savoir si cette aide arrivait sur le tard, le chef ukrainien s’est contenté de dire que du temps avait été perdu à négocier.

Volodymyr Zelensky a tout de même témoigné sa reconnaissance pour l'aide de 1,5 milliard de dollars du Canada, la plus importante après celle des États-Unis.

Outre ces mesures d’aide, Ottawa imposera des sanctions contre 40 autres individus et cinq entités russes. Selon le premier ministre, il s'agit d'oligarques, des proches associés du régime et du secteur de la défense, tous complices de la guerre de Vladimir Poutine.

Le premier ministre Justin Trudeau à Kiev avec le président  Volodymyr Zelensky et un de ses collaborateurs.

Le président ukrainien présente un de ses collaborateurs au premier ministre Justin Trudeau de passage à Kiev.

Photo : afp via getty images / SERGEI SUPINSKY

D’autres sanctions économiques ont également été télégraphiées par Ottawa et par ses alliés du G7. Les dirigeants des sept pays, qui se sont réunis en visioconférence dimanche, ont annoncé qu’ils interdiraient ou réduiraient progressivement leurs importations de pétrole russe.

« Poutine a fait une grave erreur de calcul : il a sous-estimé la résilience et le courage des Ukrainiens. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Cette réunion, tenue au moment où le monde commémore la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945, était particulièrement symbolique aux yeux de Justin Trudeau.

Ce dernier estime qu’il est plus important que jamais de se tenir debout contre la guerre illégale de Poutine, de défendre la démocratie, les droits de la personne et le droit international.

« En cette journée d’anniversaire de la victoire en Europe, Vladimir Poutine fait honte à la mémoire des millions de Russes qui ont lutté et fait des sacrifices pour vaincre le fascisme et assurer la liberté pour l'Europe et le monde. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre a affirmé avoir été témoin de toute la brutalité de l’agression russe lors d’une visite plus tôt à Irpin, en banlieue de Kiev. La ville avait été le théâtre de combats particulièrement violents en mars, au moment où les forces russes tentaient de prendre d'assaut la capitale.

Il est aussi allé à Boutcha, théâtre d’un autre massacre attribué aux forces russes.

Une visite secrète

Pour des raisons de sécurité, le plus grand secret a entouré la préparation de cette visite. Les médias n’ont pas eux accès à certains lieux où se sont rendus M. Trudeau et son entourage. Toutefois, des photos de la visite du premier ministre à Irpin ont été publiées sur Twitter par le maire de la ville.

Justin Trudeau en Ukraine

Cette image fournie par le bureau du maire d'Irpin montre le premier ministre canadien, Justin Trudeau, en train de discuter avec le maire Oleksandr Markouchine lors d’une visite surprise dimanche.

Photo : Associated Press

Cette visite s'est déroulée le jour même où des missiles russes ont pilonné la ville portuaire d'Odessa, dans le sud du pays, et où de violents combats ont eu lieu dans l'est, notamment autour de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine.

En mars, M. Trudeau s’est rendu à Varsovie, en Pologne, où il a annoncé l'application de sanctions contre des oligarques russes dans la foulée des mesures punitives adoptées après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

Plusieurs autres chefs de gouvernement sont allés en Ukraine en signe de solidarité depuis le début du conflit, dont le premier ministre britannique Boris Johnson. Le chancelier fédéral d'Autriche, Karl Nehammer, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se sont également rendus dans ce pays.

La première dame des États-Unis, Jill Biden, s'est elle aussi rendue en Ukraine à l'improviste, dimanche, disant vouloir venir à l'occasion de la fête des Mères. Elle a rencontré son homologue ukrainienne Olena Zelenska près de la frontière slovaque.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !