•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada remporte le grand prix Judith-Jasmin

La nouvelle maison de Radio-Canada à Montréal.

Radio-Canada s'est distinguée dans cinq catégories des prix Judith-Jasmin cette année.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Radio-Canada a raflé le grand prix du jury pour l'émission de radio « La symphonie silencieuse d'Antonia Nantel » aux prix Judith-Jasmin, qui récompensent les meilleures œuvres journalistiques de l’année au Québec. En plus d'avoir mis la main sur le prix le plus prestigieux de la soirée, le diffuseur public s’est distingué dans quatre catégories de reportages.

Double lauréate avec la palme de la catégorie « Arts et culture », l'émission de Catherine Richer, Caroline de la Motte et Ariane Léonard a mis en lumière le rôle de la musicienne Antonia Nantel dans la création de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), en 1935.

Trois autres reportages de Radio-Canada ont remporté les honneurs samedi soir à la remise de prix de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), soit dans les catégories « Sciences et environnement », « Médias locaux et régionaux, format long » et « Enquête ».

Sur le plan scientifique, Binh An Vu Van, Hélène Morin, Philippe Robitaille-Grou et Louis-Philippe Boudreau ont été récompensés pour le reportage de l'émission Découverte de Radio-Canada intitulé « COVID-19 : la difficile recherche de l’origine du virus ».

Dominique Degré, Angie Bonenfant et André Delencour, toujours de Radio-Canada, ont quant à eux remporté le prix de la catégorie « Médias locaux et régionaux, format long » pour « Vanier First Nation : quand les Autochtones se réapproprient la capitale ». Ce long format numérique de la série Empreintes dresse le portrait d'Autochtones qui ont bâti une communauté à un jet de pierre du parlement à Ottawa.

Sylvie Fournier et Judith Plamondon, de l'émission Enquête de Radio-Canada, ont été couronnées pour le reportage « On m’a volé ma fertilité », qui révèle plusieurs cas de femmes autochtones et de femmes noires stérilisées sans leur consentement. Elles sont arrivées ex æquo avec les journalistes du Devoir Marie-Michèle Sioui et Jessica Nadeau, qui ont signé le texte « Autochtones et soins de santé : l’affaire Joyce Echaquan, loin d’être un cas isolé ».

Leurs collègues du Devoir Améli Pineda et Magdaline Boutros ont également été récompensées pour leur série de reportages sur la violence conjugale au Québec dans la catégorie « Politique et enjeux de société ».

Les journalistes Francis Vailles, Hugo Joncas et Katia Gagnon, du quotidien La Presse, se sont illustrés dans la catégorie Affaires et économie pour leur série de reportages sur l'explosion de popularité des jeux en ligne avec la pandémie. La palme dans la catégorie Sports a été décernée à leur collègue Marc Thibodeau pour son article « Une suite d’erreurs majeures », sur la mort de la boxeuse mexicaine Jeanette Zacarias Zapata à Montréal.

Le Soleil a vu sa journaliste Mylène Moisan décrocher le prix du meilleur article d'opinion pour son texte intitulé « DPJ : à l'endroit, à l'envers ».

Publié dans la revue L'actualité, « Au cœur du cauchemar afghan », de Fabrice de Pierrebourg, a remporté les honneurs pour le meilleur grand reportage.

Le magazine Châtelaine a pour sa part reçu une distinction dans la catégorie Justice et faits divers pour le reportage « Quelle justice après #moiaussi? », de Catherine Dubé.

Cette année, 155 journalistes ont envoyé 297 candidatures dans les 10 catégories des prix Judith-Jasmin.

Autres prix

Par ailleurs, trois journalistes de Radio-Canada ont été récompensés par le Conseil québécois du loisir, qui remettait aussi samedi son Prix de journalisme en loisir.

La journaliste culturelle Tanya Beaumont l'a emporté dans la catégorie Vidéo/télévision : portée locale ou régionale pour son reportage « Secondaire en spectacle : souvenirs mémorables pour des jeunes participants ».

Pour ce qui est de la catégorie Vidéo/télévision : portée provinciale ou nationale, c'est André Bernard de l'émission Découverte qui s'est illustré avec « Dans la tête d’un casque (Nouvelle fenêtre) ».

Enfin, le reportage « Monts Groulx : entre patrouille, gestion et réappropriation », signé par Marie-Laure Josselin, a remporté le premier prix dans la catégorie Audio/radio : portée provinciale ou nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !