•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une course à relais de 55 km pour la persévérance scolaire à Sherbrooke

Un groupe de coureurs.

Le parcours se termine au centre administratif du Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussière

Plus de 600 coureurs sillonnent les rues de Sherbrooke à la course samedi à l'occasion du Relais O2, qui vise à encourager la persévérance scolaire.

Chapeautée par le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS), cette course à relais de 55 kilomètres rassemble 58 équipes qui se composent toutes d'un élève du primaire, d'un élève du secondaire et d'un membre du personnel du CSSRS. Un parent et six autres adultes complètent chaque groupe.

On parle souvent de la réussite de l'élève mais pour nous la réussite globale c'était de dire que l'élève soit bien heureux, puisse s'épanouir et ça c'est l'affaire de tous, explique l'animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire au CSSRS, Mary-Lou Butterfield.

Faire la course est une bonne façon d'encourager les jeunes, pour Mary-Lou Butterfield. Si on est capables de transposer toutes les qualités qu'on est capables de développer dans le sport dans d'autres aspects de notre vie, je pense qu'on peut réussir beaucoup de choses, déclare-t-elle.

Des coureurs satisfaits

Pour Mathis Cantin, qui a eu l'occasion de participer à la première édition du relais O2, le sport est important. J'ai fait de l'athlétisme pendant un certain nombre d'années, ça aidait à garder une organisation et à te pousser tout le temps, souligne-t-il. C'est aussi pour le plaisir quand même.

Ses deux plus jeunes frères ont suivi ses traces et ont participé au même événement, pour la 11è édition. C'est pour la persévérance, continuer avec eux, faire le 1 kilomètre, explique Alexis Cantin. Ca permet de se dépasser physiquement, puis de voir ce qu'on est capables de faire, ajoute son frère, Loïc Cantin.

On a participé au relais O2 pour stimuler les jeunes à continuer même quand c'est difficile, détaille un coureur qui a participé au relais O2, Danick Lessard-Dion.

C'est aussi un très beau temps à passer avec des collègues en dehors de l'école, fait que c'est vraiment un événement super, ajoute Audrey Scalabrini, enseignante et coureuse au relais.

L'animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire au CSSRS, Mary-Lou Butterfield, se réjouit du taux de participation à l'événement cette année.

C'est dans les plus hauts nombres qu'on a eus. Ça fait 630 coureurs, donc on est contents de voir ça cette année. [...] Ce que je trouve vraiment sympathique là-dedans, c'est le lien d'appartenance que les individus ont pour leur milieu scolaire. Ils partagent et vivent des moments ensemble. On fait beaucoup de choses pour les jeunes, mais de voir les adultes avoir du plaisir aussi dans ce contexte-là, ça fait du bien et c'est beau.

L'ambiance état d'ailleurs à la fête dès samedi matin parmi les participants.

« C'est fantastique, il fait super beau, les gens sont de bonne humeur. Il y a des sourires partout. »

— Une citation de  Mary-Lou Butterfield, animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire au CSSRS

C'est une chose à refaire, c'est vraiment le fun, assure Loïc Cantin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !