•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec interdit les feux à ciel ouvert presque partout pour une durée indéterminée

Chargement de l’image

La SOPFEU invite les Québécois à faire preuve de prudence dans les prochains jours, alors que le temps sec et ensoleillé accentuera le risque de provoquer des feux de forêt.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le temps sec et ensoleillé fait entrevoir le pire aux autorités québécoises, qui craignent la prolifération de feux de forêt à un moment de l'année où la nature est particulièrement vulnérable.

Aussi, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a décidé de diffuser un avis d'interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité de celle-ci pour presque toutes les régions.

La mesure, qui entre en vigueur en fin de semaine, devra être respectée jusqu'à nouvel ordre.

Elle s'appliquera à toutes les régions du sud du Québec (Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière, Outaouais, Estrie, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches), ainsi que dans certaines MRC de l'Abitibi-Témiscamingue, de la Mauricie, de la Capitale-Nationale et du Bas-Saint-Laurent.

Le Nord-du-Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine ne sont pas touchés, selon la carte des secteurs visés, accessible sur le site web de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) (Nouvelle fenêtre).

Une période propice à l'éclosion d'incendies

Les conditions météorologiques des prochains jours seront donc particulièrement propices à l'éclosion d'incendies de végétation en bordure de forêt, dans la mesure où les feuilles mortes, l'herbe et les branches au sol s'assèchent rapidement et deviennent très inflammables au printemps.

En entrevue, la porte-parole de la SOPFEU Mélanie Morin a donné l'exemple de Mont-Tremblant, où le mercure a atteint les 17 degrés Celsius, vendredi, alors que le taux d'humidité relative était de 20 %.

Lorsque la température et le taux d'humidité relative se rapprochent, c'est à ce moment-là qu'il peut y avoir un risque élevé de feux de forêt, a-t-elle expliqué.

Selon Mme Morin, cette période de l'année est même plus propice au déclenchement d'incendies que l'été, lorsque le feuillage, plus résistant à la chaleur, permet en outre de protéger le sol des rayons du soleil.

Les contrevenants risquent des amendes salées

Le Québec comptait vendredi soir un seul incendie en activité – un feu de 8 hectares contenu, à Notre-Dame-du-Laus, dans les Laurentides. Le brasier aurait été causé par des résidents.

Le risque était considéré comme élevé dans la majeure partie du Québec. Il était même très élevé dans le secteur de Rouyn-Noranda.

Depuis le début de la saison, 71 incendies de forêt ont touché 76,8 hectares. La moyenne des dix dernières années à la même date est de 81 feux pour une superficie de 58,8 hectares.

En vertu de la Loi sur l'aménagement durable du territoire forestier, quiconque contrevient à une ordonnance d'interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité de celle-ci est passible d'une amende dont le montant varie de 500 $ à 50 000 $.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !