•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin versera près de 30 millions en lien avec un projet au pont Jacques-Cartier

Chargement de l’image

L'accord de réparation annoncé vendredi permettra à SNC-Lavalin de continuer à faire affaire avec les gouvernements québécois et canadien.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

SNC-Lavalin a annoncé vendredi avoir conclu un accord de réparation avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) du Québec, en vertu duquel il payera un total de 29 558 777 $ sur une période de trois ans.

Les accusations portées contre les sociétés SNC-Lavalin et SNC-Lavalin International visaient des faits survenus entre 1997 et 2004, en lien avec le projet de réfection du tablier du pont Jacques-Cartier, entre Montréal et Longueuil.

Les accusations contre les deux sociétés avaient été déposées le 23 septembre dernier, et la négociation au sujet d'un accord de réparation avait immédiatement commencé.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait arrêté le même jour deux anciens cadres de SNC-Lavalin, Normand Morin et Kamal Francis, anciens vice-présidents respectifs de SNC-Lavalin et SNC-Lavalin International.

Les accusations faisaient suite à la condamnation, en 2017, de Michel Fournier, ancien président et chef de la direction de la Société des ponts fédéraux. Celui-ci avait reconnu avoir reçu des pots-de-vin de SNC-Lavalin d'une valeur de 2,23 millions de dollars en lien avec le projet de 128 millions de réfection du pont Jacques-Cartier.

Chargement de l’image

L'obtention d'un contrat de réfection du pont Jacques-Cartier est au cœur de cette affaire.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

L'accord de réparation permettra à SNC-Lavalin de continuer à faire affaire avec les gouvernements québécois, canadiens et étrangers, en plus de réduire les conséquences négatives sur les employés, retraités, clients et actionnaires des organisations.

L'accord est assujetti à l'approbation de la Cour supérieure du Québec. Une audience à ce sujet débutera mardi.

Dans un court communiqué de presse publié après la fermeture des marchés, SNC-Lavalin a précisé qu'elle ne pouvait pas commenter davantage l'affaire avant que les procédures judiciaires ne soient terminées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !