•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois « équipes » se qualifient pour l’expansion du port de Montréal à Contrecoeur

Chargement de l’image

Le futur terminal à conteneurs de Contrecoeur pourra accueillir deux cargos à la fois. Il sera aménagé à un kilomètre en amont du terminal de vrac, à la limite de Verchères.

Photo : Port de Montréal

Chargement de l’image

L'appel de qualification international lancé par l'Administration portuaire de Montréal (APM) pour concevoir, construire, financer, exploiter et entretenir le futur terminal de conteneurs de Contrecoeur, sur la Rive-Sud, est maintenant clos.

Cinq dossiers de candidature conformes ont été évalués, a fait savoir l'APM vendredi après-midi par voie de communiqué.

Du lot, trois « équipes » se sont qualifiées : une canadienne, composée d'Axium Infrastructure et de Pomerleau Capital; une américaine, issue de Ports American Holdings; et une suisse, présentée par Terminal Investment Limited (TIL). Les détails relatifs aux deux candidatures n'ayant pas été retenues n'ont pas été dévoilés.

Les « équipes » s'étant qualifiées seront maintenant invitées à soumettre une proposition lorsque l'appel d'offres en bonne et due forme sera lancé.

Le processus – qui sera lancé dans les prochaines semaines, assure l'APM – durera 12 mois, et le choix du partenaire privé sera annoncé au deuxième trimestre de 2023, pour un début des travaux au cours de cette même année.

Chargement de l’image

La municipalité de Contrecoeur s'apprête à vivre d'importants bouleversements.

Photo : iStock

Contrecoeur a été choisi dans les années 1980 pour accueillir les conteneurs du port de Montréal le jour où il manquerait de place.

Les terrains nécessaires à la construction d'un nouveau terminal ont été acquis au fil des ans, mais le projet a été retardé à plusieurs reprises. À titre d'exemple, sa date de mise en service a encore été repoussée à la fin de l'année dernière. Elle est maintenant prévue pour fin 2026.

Le budget, lui, est sensiblement le même depuis plusieurs années – entre 750 et 950 millions de dollars – et n'a pas été revu à la hausse, malgré l'inflation. La Banque de l'infrastructure du Canada a promis de verser 300 millions, et le gouvernement du Québec, 55 millions.

Un premier appel de qualification avait été lancé à l'été 2020. Toutefois, il avait été annulé l'année suivante, l'APM souhaitant changer d'approche et permettre aux sociétés étrangères de participer. Un second appel de qualification, annoncé en août 2021, a donc été publié le 23 novembre suivant.

Chargement de l’image

À terme, 1,15 million de conteneurs transiteront par Contrecoeur.

Photo : Port de Montréal

Le projet a reçu l'aval du gouvernement Trudeau l'an dernier. En mars, l'ex-ministre de l'Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson a donné son feu vert malgré le fait que le projet entraînera la destruction de l’habitat d'une espèce de poisson endémique.

Dans son communiqué de vendredi, l'APM assure néanmoins que les conditions indiquées dans la déclaration de décision du ministre [devront] être respectées par le partenaire privé qui sera choisi.

En novembre 2020, un rapport de l'Agence d'évaluation d'impact du Canada avait conclu que le futur terminal n'est pas susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !