•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : plus de 1500 personnes évacuées dans la Première Nation Peguis, au Manitoba

Une photo du haut des airs qui montre l'étendue de l'inondation dans la communauté autochtone de Peguis, au Manitoba.

Une photo aérienne de l'état de la Première Nation Peguis, au Manitoba, aux prises avec une inondation majeure.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Les inondations dans la Première Nation Peguis, au Manitoba, ont entraîné l’évacuation de 1590 personnes vendredi après-midi, selon le chef Glenn Hudson. Il ajoute que plus de 700 maisons sont touchées par les eaux.

Sur ces 700 maisons, 200 sont complètement inondées, précise Glenn Hudson, et le niveau d’eau a augmenté trop rapidement et dépassé des sacs de sable.

Plus de 100 bénévoles renforcent les digues de sacs de sable dans la communauté.

C'est le cas de Angie Flett qui tente de protéger la demeure de sa tante de 86 ans qui a été évacuée lundi.

Sa maison peut peut-être encore être sauvée, mais d'autres n'ont pas pu sauver leurs maisons. C'est un drame. Beaucoup de gens ont perdu leurs maisons. Certains n'ont plus de foyer où se loger, a-t-elle déclaré.

Située à 160 km au nord de Winnipeg, dans la région d’Entre-les-Lacs, la Première Nation de Peguis est la plus importante de la province, avec 11 000 membres et 4800 personnes vivant dans la communauté.

Des représentants du gouvernement provincial et fédéral se sont rendus dans la Première Nation de Peguis jeudi pour constater l’ampleur des inondations de cette année.

C'est aux dirigeants et aux habitants de Peguis qu'il revient de décider comment lutter contre l'inondation, dit la directrice régionale de Services aux Autochtones Canada, Kandice Leonard.

Même lorsque nous y étions en hélicoptère, ils étaient capables de dire : "Vous savez, c'est la maison d'untel ou d'un aîné." Ils ne connaissent pas seulement le terrain et les gens, mais ils connaissent aussi les réalités au sein de la communauté, souligne-t-elle.

Donc, ce n'est certainement pas à nous de prescrire ce qui doit se passer, poursuit Kandice Leonard.

Le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de faire intervenir l'armée, ce que Glenn Hudson a réclamé dans un premier temps. Le gouvernement aide à défrayer les coûts reliés aux sacs de sables et à la construction de digues, ainsi qu'à fournir des pompes pour évacuer l'eau.

Glenn Hudson souligne que sa Première Nation a besoin d’importantes ressources du gouvernement pour éviter que de telles inondations ne se produisent.

Le gestionnaire de l'East Interlake Watershed District, qui promeut une gestion durable du bassin hydrographique de l’est de la région d’Entre-les-lacs, Armand Bélanger, note que la Première Nation Peguis est particulièrement susceptible de subir des inondations.

Celle-ci se trouve dans un point bas du bassin versant de la rivière Fisher. La communauté avait été fortement touchée par les inondations en 2009, en 2011 et en 2014.

Alors que certains proposent des digues ou un canal de dérivation, M. Bélanger prône le rétablissement de l’infrastructure naturelle du secteur.

Des choses comme la rétention d’eau, des zones humides, des forêts. Nous travaillons avec des propriétaires et des fermiers pour ralentir cette eau avant qu’elle n'arrive à la bordure de Peguis, explique-t-il.

Armand Bélanger note toutefois que cette approche prendrait plus longtemps.

Fermeture de la frontière à Gretna

Par ailleurs, l’Agence des services frontaliers du Canada suspend le service au point d’entrée de Gretna jusqu’à nouvel ordre.

De fortes inondations dans le Dakota du Nord ont entraîné la fermeture d'une autoroute, ce qui empêche l'accès au point d'entrée de Gretna, explique-t-elle dans un communiqué.

L’Agence conseille aux voyageurs et au trafic commercial d’utiliser le point d’entrée d’Emerson pour traverser la frontière. Celui-ci se trouve à 24 km à l’est de Gretna.

Lorsque l’autoroute sera de nouveau accessible, nous travaillerons à rétablir les activités frontalières normales au point d'entrée de Gretna le plus rapidement possible, précise le communiqué.

Avec les informations de Marcy Markusa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !