•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victime d’un accident de la route dénonce l’absence de réseau cellulaire en Minganie

Chargement de l’image

La voiture de Valéry Bélisle a culbuté sur des roches avant de s'écraser sur la plage.

Photo : Gracieuseté : Josée Brunet

Chargement de l’image

Valéry Bélisle, 22 ans, a souffert d’un accident de la route mardi matin aux environs de la rivière au Bouleau, sur la route 138. Mais le pire s’est produit lorsqu’elle s’est aperçue qu’elle n’avait pas de réseau cellulaire pour appeler les services d’urgence.

« C’est énormément paniquant quand tu te ramasses toute seule sur le bord du chemin, blessée, que tu essaies d’appeler le 911 et qu’il n’y a pas de char qui passe. »

— Une citation de  Valéry Bélisle, résidente de Rivière-Saint-Jean
Chargement de l’image

La voiture de Valéry Bélisle s’est écrasée en bas d’un fossé, entre la route 138 et la plage aux environs de la rivière au Bouleau.

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

La résidente de Rivière-Saint-Jean a quitté son domicile vers 5 h 30 mardi matin en direction de Sept-Îles. L’étudiante de technique d'intervention en milieu carcéral s’y rendait pour le début d’un stage.

Elle ne sait toujours pas ce qui s’est passé au volant. Est-ce que j’ai eu un malaise, est-ce que je me suis endormie? Je le sais pas. Mais quand j’ai ouvert mes yeux, il était trop tard pour faire quoi que ce soit, se rappelle Valéry.

Sa voiture s’est écrasée en bas d’un fossé, entre la route 138 et la plage. J’ai ressenti, j’ai vu, j’ai entendu le métal briser, les vitres casser. Quand le char a commencé à faire des tonneaux, je l’ai senti aussi, raconte la jeune femme.

Valéry Bélisle s’en tire avec une vertèbre cassée, mais elle est consciente qu’elle a eu de la chance.

Chargement de l’image

Valéry Bélisle, 22 ans

Photo : Facebook/Valéry Bélisle

« J’ai dû essayer dix fois d'appeler le 911. »

— Une citation de  Valéry Bélisle

Lorsque sa voiture s’écrase sur la plage, la jeune femme réalise que par miracle, son téléphone cellulaire est toujours fonctionnel. Toutefois, le réseau est inexistant à cet endroit.

La rivière au Bouleau est située environ à mi-chemin entre Sept-Îles et Rivière-Saint-Jean. Toutefois, la couverture cellulaire est presque inexistante à partir de la rivière Moisie jusqu’à Kegaska.

Seuls les villages de Longue-Pointe-de-Mingan et de Natashquan ainsi que le secteur de Havre-Saint-Pierre offrent un réseau cellulaire. Il existe aussi quelques endroits identifiés avec du réseau wi-fi dans des villages de la Minganie, mais sur la route, les automobilistes sont laissés à eux-mêmes.

De la manière que mon char était placé, c’était impossible que quelqu’un me voie d’en haut. [...] Je savais qu’il fallait que je sorte de là. J’avais pas le choix, insiste-t-elle. La douleur commençait également à se faire sentir dans son dos.

Valéry Bélisle a réussi à s’extirper de son véhicule en frappant la porte avec ses pieds.

Elle s’y est prise à deux fois pour grimper le talus de roches jusqu’à la route 138. Après environ 45 minutes d’attente, une automobiliste s’est arrêtée pour lui porter secours.

Jouer avec des vies

Ce n’est pas la première fois qu’une situation de la sorte se produit. Cela fait près de 10 ans que le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, dénonce le manque de couverture cellulaire sur le territoire.

C’est tannant parce qu’on répète ça ad nauseam à nos représentants politiques. [...] On dirait qu’on n’est pas entendus par le gouvernement, avoue-t-il.

Il déplore l’accident survenu à Mme Bélisle, tout en reconnaissant que sa situation n’est pas unique. Toute la sécurité d’une population entière dépend du réseau cellulaire, rappelle Luc Noël.

La mairesse de Rivière-St-Jean, Josée Brunet, est la mère de Valérie Bélisle. Selon Mme Brunet, tous les résidents de la Minganie craignent d'avoir à vivre un jour une situation comme celle qu'a vécu sa fille mardi matin.

En 2020, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a présenté le Fonds pour la large bande, qui visait à combler le fossé numérique au pays. Dans les cinq premières années, le Fonds devrait verser jusqu'à 750 millions de dollars en projets.

Une demande de financement pour déployer le réseau cellulaire en Minganie a été faite en 2020, affirme Luc Noël. La région est toujours en attente d’une réponse du CRTC.

« [Les politiciens] jouent avec la vie du monde. Ils mettent le monde en péril en laissant les réseaux routiers comme ça. »

— Une citation de  Valéry Bélisle, victime d'un accident de la route

Le dossier fait aussi partie des priorités de la Fédération des municipalités du Québec (FQM) en vue des élections provinciales de l’automne. Elle demande qu’une couverture cellulaire de qualité soit déployée dans tout le Québec.

Avec des informations de Lambert Gagné-Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !