•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regain de tension à la frontière israélo-libanaise

Deux soldats israéliens et un membre du Hezbollah sont tués lors d'échanges de tirs. Le Liban a décidé de déposer une plainte devant le Conseil de sécurité de l'ONU pour ces « agressions israéliennes ».

Un échange de tirs entre des hélicoptères et chars israéliens et des positions du Hezbollah a causé la mort de deux soldats israéliens et d'un combattant du Hezbollah.

Selon la radio militaire israélienne, les deux soldats israéliens ont été tués par des tireurs embusqués du Hezbollah alors qu'ils réparaient une antenne radio sur le toit d'une position israélienne proche de la localité de Zarit. Le Hezbollah a indiqué de son côté qu'un de ses combattants avait été tué par un raid d'hélicoptère de combat israélien dans les environs du village d'Aïta Chaab, au Sud-Liban.

Des témoins disent avoir vu deux hélicoptères tirer des roquettes sur des positions du Hezbollah, près du village d'Aïta Chaab. Selon les autorités libanaises, un char israélien a également fait feu dans la même zone.

Ces incidents surviennent au lendemain de l'assassinat, à Beyrouth, d'un responsable du Hezbollah, imputé par la formation intégriste à Israël, une information démentie par l'armée israélienne.

Le Liban a par ailleurs décidé de déposer une plainte devant le Conseil de sécurité des Nations unies en raison de ces « agressions israéliennes ».

Depuis le retrait israélien du Sud-Liban en mai 2000, on assiste parfois à des échanges de tirs, mais la violence n'a jamais atteint ce niveau depuis.

Deux avions israéliens dans le ciel de Beyrouth

Par ailleurs, deux avions de guerre israéliens ont franchi le mur du son à très faible altitude au-dessus de Beyrouth à la suite de ce regain de violence. La défense antiaérienne libanaise et syrienne a tiré en direction des appareils israéliens, sans les atteindre.

La présence de ces avions a semé la panique parmi la population, persuadée qu'il s'agissait de bombardements.