•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les défenseurs du droit à l’avortement appellent les Américains à manifester le 14 mai

Des étudiantes protestent contre l'arrêt qui viendrait annuler le droit à l'avortement reconnu par l'arrêt Roe c. Wade en 1973.

Une rassemblement de femmes a été organisé jeudi à Union Square, dans la ville de New York, pour appuyer le droit à l'avortement.

Photo : Reuters / MIKE SEGAR

Agence France-Presse

« Nous passons à l'action. » Plusieurs grandes organisations progressistes ont appelé jeudi les Américains à défiler en masse le 14 mai dans tous les États-Unis pour défendre le droit à l'avortement, que la Cour suprême semble prête à dynamiter.

C'est l'heure de redoubler nos efforts, il n'y a pas de temps à perdre, a déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique Kelley Robinson, une responsable du groupe Planned Parenthood, qui gère de nombreuses cliniques pratiquant des avortements dans le pays.

Le 14 mai, nous allons exprimer notre rage, a-t-elle ajouté, en annonçant l'organisation de quatre grandes marches à Washington, New York, Chicago et Los Angeles, et des centaines de rassemblements dans le reste du pays. On attend des centaines de milliers de personnes.

D'autres actions auront lieu dans la foulée.

Ce sera un été de colère, a déclaré Rachel Carmona, dont l'organisation Women's March avait rassemblé des millions d'opposants à Donald Trump en 2017 pour une première Marche des Femmes.

Une onde de choc

Le site Politico a provoqué une déflagration politique lundi soir en publiant un projet d'arrêt de la Cour suprême qui, s'il est adopté en l'état, renverra les États-Unis 50 ans en arrière, quand chaque État était libre d'interdire ou d'autoriser les avortements.

Ce document, rédigé en février et qui peut faire l'objet de négociations jusqu'au 30 juin, estime que l'arrêt Roe c. Wade de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse, était infondé depuis le début et que rien dans la Constitution ne protège le droit à l'avortement.

Ces révélations ont atterré la gauche américaine : des centaines de personnes ont défilé spontanément devant la Cour suprême, les élus démocrates du Congrès ont donné de la voix et le président Joe Biden a appelé les électeurs à défendre le droit à l'avortement lors des élections législatives de novembre.

On voit une énergie qu'on n'avait pas vue jusque-là, a assuré jeudi Rahna Epting, directrice de l'association progressiste MoveOn, en accusant les républicains d'avoir orchestré ce recul en nommant des juges conservateurs à la Cour suprême.

Notre message aux républicains est clair : vous allez nous voir dans les rues en mai, vous allez nous voir dans les rues en juin et vous allez nous voir dans les urnes en novembre!

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.