•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harcèlement à la FTQ-Construction : Boulet mise sur l’enquête avant une loi amendée

Chargement de l’image

Le ministre Boulet suit d'un œil attentif les débats provoqués par la démission fracassante du président de la FTQ-Construction, Rénald Grondin.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Presse canadienne

Le ministre du Travail, Jean Boulet, se dit prêt à modifier la loi sur les relations de travail dans l'industrie de la construction, s'il le faut, à la suite de l'affaire Rénald Grondin, mais veut d'abord attendre les résultats de l'enquête indépendante qui a été commandée dans ce dossier.

La « loi R-20 », comme on l'appelle dans le milieu, est une loi fondamentale dans l'industrie de la construction. C'est une loi à large portée qui encadre à la fois les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction.

C'est une motion déposée par les libéraux, jeudi, qui a relancé le débat sur le cas de Rénald Grondin, ex-président de la FTQ-Construction.

La députée libérale Isabelle Melançon demandait à ce que la loi soit modifiée afin de prévoir que toute personne reconnue coupable ou responsable par toute instance, au Canada ou ailleurs, d'infractions, de crimes ou d'inconduites à caractère sexuel ou en matière de harcèlement, est réputée inéligible à tout poste de direction ou de représentant dans ou pour une association syndicale reconnue.

Interrogé au sujet d'une éventuelle modification de la loi, le ministre Boulet a exprimé son ouverture. S'il y a des amendements à faire, on va s'assurer de les faire.

Mais il mise d'abord sur l'enquête indépendante qui a été commandée, et qui sera menée par une firme externe, afin de savoir s'il y a une culture du secret dans l'industrie de la construction.

Ce qui est important, actuellement, c'est que l'étendue de l'enquête soit suffisante pour démasquer les personnes qui pouvaient savoir, qui ont su ou qui auraient dû savoir, a ajouté le ministre du Travail et de l'Emploi.

Bien que l'enquête soit ciblée, il estime qu'elle pourrait permettre d'apprendre s'il y a des failles, s'il y a culture d'opacité dans le milieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !