•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caribous en péril sur Bonjour Québec : le ministère du Tourisme admet « une erreur »

Les informations sur les caribous ont été retirées de Bonjour Québec après les demandes d'explications de Radio-Canada.

Une harde de caribous forestiers à travers une forêt clairsemée.

L'habitat du caribou forestier est perturbé à plus de 70 % dans plusieurs secteurs névralgiques du sud de la province. (Archives)

Photo : Gracieuseté : Jean-Simon Bégin

Le ministère du Tourisme admet une « erreur » pour avoir mis en ligne des informations promotionnelles associées à des hardes de caribous aujourd'hui en péril dans Charlevoix et en Gaspésie.

« Cette végétation arctique abrite des troupeaux de caribous que vous aurez peut-être l’occasion d’apercevoir au détour d’un sentier! » Voilà l'un des arguments qui était avancé sur le portail Bonjour Québec, pour attirer des visiteurs au parc national des Grands-Jardins, dans Charlevoix.

La plateforme web constitue le site touristique officiel du gouvernement du Québec.

Or, le parc national des Grands-Jardins n'est fréquenté que par une seule harde, et non plusieurs, et cette dernière est au bord de l'extinction. Les 16 caribous en question, capturés cet hiver et désormais en captivité, sont dans un enclos duquel il est strictement interdit de s'approcher, à moins de faire partie du personnel autorisé.

Un site Internet sur lequel on annonce la possibilité d'observer des caribous
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jusqu'au 6 mai 2022, le parc national des Grands-Jardins est présenté comme un lieu d'observation de plusieurs troupeaux de caribous. Or, une seule harde isolée fréquente le secteur et elle est aujourd'hui en captivité.

Photo : Capture d'écran - Bonjour Québec

Outre le parc national des Grands-Jardins, le parc national de la Gaspésie était aussi promu par l'observation des caribous sur Bonjour Québec. La promotion consistait en une photo de caribous montagnards qui vivent dans les Chic-Chocs.

Cette harde, avec un peu plus d'une trentaine de représentants, est elle aussi en danger d'extinction. Le caribou montagnard est un écotype distinct du caribou forestier et la harde de la Gaspésie est la seule de cet écotype sur le territoire québécois.

Une erreur

Le ministère du Tourisme a corrigé le tir vendredi, au lendemain des demandes d'explications de Radio-Canada. Ces sections n’auraient pas dû faire mention des caribous puisque de grands efforts de protection sont actuellement mis de l’avant pour préserver l’espèce qui est menacée, a indiqué le ministère par courriel.

« C’était une erreur et dès que la ministre en a été informée, elle a demandé à ce que l’information soit retirée du site. »

— Une citation de  Jean-Manuel Téotonio, porte-parole, ministère du Tourisme

Dans les deux cas, le contenu de Bonjour Québec a été mis à jour vendredi matin pour évacuer la présence des caribous.

La description du parc national des Grands-Jardins a été modifiée et la photo des caribous montagnards de la Gaspésie a été retirée.

Les sections faisant la promotion du parc national des Grands-Jardins et du parc national de la Gaspésie visent d’abord à inviter les gens à se prévaloir de leurs beaux paysages et de leurs attraits particuliers, insiste au passage le ministère.

Une capture d'écran du site Bonjour Québec sur lequel on fait la promotion du parc national des Grands-Jardins
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le texte de description a finalement été modifié vendredi matin.

Photo : Capture d'écran - Bonjour Québec

Le récréotourisme, cause de déclin

La harde de caribous de Charlevoix, réintroduite dans les années 70 après une première extinction au siècle précédent, a amorcé un déclin important depuis un sommet de 126 bêtes atteint en 1992. Ce déclin s'est accéléré depuis 2017.

Paradoxalement, le ministère du Tourisme faisait la promotion du parc national en utilisant le caribou et la possibilité de croiser l'animal lors d'une randonnée. Or, selon les biologistes du gouvernement du Québec, les activités récréotouristiques contribuent au déclin des caribous forestiers.

Dans Charlevoix, le taux de perturbation de son habitat issu des activités industrielles et récréotouristiques est très élevé, peut-on lire dans un rapport d'inventaire produit en 2020 par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Ces activités ont notamment contribué au développement des chemins forestiers, favorables aux prédateurs.

Le taux de perturbation de l'habitat du caribou de Charlevoix, évalué à 4000 kilomètres carrés, était de 89 % en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !