•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ICBC change sa politique de responsabilité pour les cyclistes et les piétons

Un cycliste roule devant le siège social de Mountain Equipment Coop à Vancouver.

ICBC n’enverra plus de facture de réparation aux piétons et aux cyclistes blessés lors d’un accident lorsque ceux-ci sont considérés comme partiellement responsables.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

ICBC a décidé de changer sa politique qui obligeait les cyclistes et les piétons à payer une part des dommages causés à un véhicule en cas de collisions s’ils étaient reconnus partiellement responsables de l’accident.

Ce changement survient un peu plus d’un mois après qu’un cycliste de Vancouver, Ben Bolliger, ait partagé son histoire sur les réseaux sociaux. Le Vancouvérois avait reçu une facture de 3700 dollars pour la réparation d’un pare-brise et d’un capot de voiture à la suite d’un accident.

La collision, survenue l’été dernier, lui a fracturé le bras en plus de casser son vélo en deux et de détruire son casque et son téléphone.

Dorénavant, l’assureur n’enverra plus de facture de réparation aux piétons et aux cyclistes blessés lors d’un accident lorsque ceux-ci sont considérés comme partiellement responsables puisqu’il n’y a souvent pas assez de preuves pour déterminer ce qui s’est réellement passé.

Dans un communiqué publié mercredi, ICBC indique que les dossiers seront soigneusement examinés par un comité d’expert advenant le cas où il n’y aurait aucune blessure grave lors d’un accident.

Notre nouveau modèle a seulement un an et nous allons continuer de regarder comment nous pouvons améliorer les soins aux Britanno-Colombiens, écrit le président-directeur général de ICBC, Nicolas Jimenez.

L’assureur écrit également avoir reçu un rapport de police final concernant la collision avec Ben Bolliger et considère maintenant le conducteur comme étant responsable à 100 % de l’incident.

M. Bolliger n’est donc responsable d'aucuns dommage et frais et sera complètement remboursé pour les dommages causés à son vélo et des objets personnels, indique le communiqué.

Lorsque j'ai reçu la lettre en mars, je trouvais ça tellement ridicule que ce soit le fonctionnement de ICBC jusque là, raconte Ben Bolliger est très soulagé de cette décision.

Il ajoute cependant que certaines choses doivent encore être améliorées du côté de ICBC dans le cas d’accident comme le sien, notamment en ce qui a trait aux compensations financières pour les heures de travail perdues qui ont été longues à obtenir.

Le plus longtemps je passe à m’occuper de tout le processus avec ICBC et des problèmes liés à ma déclaration, le moins de temps je peux passer à vraiment me concentrer sur mon rétablissement, souligne le cycliste.

Avec les informations de Rafferty Baker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !