•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La quatrième dose maintenant disponible pour les Québécois de 18 à 59 ans

Chargement de l’image

Jusqu'ici, seuls les 60 ans et plus, les personnes résidant en CHSLD ou en résidence privées pour aînés (RPA) et les personnes immunosupprimées d’au moins 12 ans pouvaient recevoir une quatrième dose sur rendez-vous

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Les Québécois de 18 ans et plus peuvent prendre rendez-vous dès maintenant pour obtenir une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19, a annoncé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Dans une publication sur Twitter, le MSSS confirme que les personnes âgées de 18 à 59 ans pourront recevoir une deuxième dose de rappel même si le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) n’a pas encore fait de recommandation officielle pour ce groupe d’âge.

Avant cette annonce, seuls les 60 ans et plus, les personnes résidant en CHSLD ou en résidence privée pour aînés (RPA) ainsi que les personnes immunosupprimées d’au moins 12 ans étaient admissibles à une quatrième dose, à condition que leur troisième remonte à au moins trois mois.

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement a annoncé que le port du masque ne serait plus obligatoire dans les endroits publics à compter du 14 mai, hormis certaines exceptions comme les transports en commun et les endroits où l'on donne des soins, tels les hôpitaux, les CHSLD et les cliniques médicales.

Selon le directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, cette décision a été rendue possible par la baisse de multiples indicateurs, que ce soit le nombre de cas, le nombre d'employés de santé qui sont positifs, le nombre d'hospitalisations, les absences pour les élèves aux niveaux primaire et secondaire.

Une septième vague à prévoir

Cette sixième vague a beau montrer des signes d'essoufflement, elle sera fort probablement suivie d’une septième, selon le bras droit du Dr Boileau.

La question n'est pas : est-ce qu'il y aura une septième vague? C'est plutôt : quand aura lieu la septième vague? a déclaré cet expert du ministère, le Dr Jean Longtin.

Le microbiologiste-infectiologue a expliqué que le Québec n’était pas à l’abri d’un nouveau variant et que, le cas échéant, la santé publique devrait se poser les mêmes questions que lors des vagues précédentes : Quelle sera l'efficacité vaccinale à ce moment-là? [Où en sera] l'immunité naturelle?

C’est pourquoi il n’exclut pas qu'une autre campagne de vaccination soit nécessaire à l’automne, même s’il est trop tôt pour dire quelle tranche de la population serait alors ciblée.

Personne au monde en ce moment n'est capable de prédire ce qui va arriver avec ce coronavirus, a pour sa part averti le Dr Boileau. Il nous a envoyé plusieurs surprises dans les deux dernières années, avec des variants nouveaux, certains qui étaient plus virulents, d'autres qui étaient plus contagieux, ou même plus contagieux et plus virulents.

Il réitère néanmoins que le gouvernement n’a aucune intention de réintroduire des mesures plus coercitives.

Je pense que les gens auraient spontanément des réflexes de protection s'il devait y avoir des situations qui l'exigeraient, a soutenu Luc Boileau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !