•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le début de la fin de l’industrie du saumon d’élevage sur la côte ouest?

Deux travailleurs tiennent des filets formant un enclos en mer.

Une ferme d'élevage dans les îles Discovery, en Colombie-Britannique.

Photo : Offerte par Mowi

La fermeture des fermes d’élevage de saumons dans les îles Discovery prévue d’ici le 30 juin n’est que le début d’une longue saga amorcée par Ottawa il y a plusieurs années : signer la fin de l’industrie du saumon d’élevage dans les eaux de la côte ouest.

D’après des données du gouvernement fédéral, le Canada est le quatrième producteur mondial de saumons d'élevage, et il s’agit d’un important moteur économique pour les collectivités côtières et rurales sur les côtes est et ouest du pays.

La Colombie-Britannique représente à elle seule plus de 70 % de la production de saumon d’élevage du Canada.

En 2020, sur 120 427 tonnes de saumon produit au pays, 91 808 provenaient de la Colombie-Britannique, selon Pêches et Océans Canada.

Des saumons de l'Atlantique dans un bac bleu.

Le saumon de l'Atlantique est le produit aquacole le plus exporté, mais les saumons quinnat et coho sont d'autres espèces d'élevage.

Photo : Derwin Parr

Sur le terrain, cela se traduit par environ 7000 emplois dans les communautés côtières et par une contribution estimée à 1,5 milliard de dollars à l’économie provinciale chaque année, selon l'Association des éleveurs de saumons de la Colombie-Britannique.

Cette année, le premier ministre britanno-colombien, John Horgan, a demandé de l’aide financière de la part d'Ottawa pour l’industrie, en prévision de la fermeture de nombreuses exploitations de salmoniculture.

Des intentions qui ne datent pas d’hier

L’industrie du saumon d’élevage vit une période charnière et paye aujourd’hui le prix d’orientations et de décisions prises au cours des dernières années.

D'abord, celle annoncée par le premier ministre Justin Trudeau lors des élections de 2019 de planifier d’ici 2025 en Colombie-Britannique le remplacement des enclos en mer par des méthodes d’élevage en milieu fermé pour la salmoniculture.

Vue aérienne de parcs en filets de saumons d'élevage.

Des installations de la compagnie Mowi, près de Port Hardy.

Photo : Mowi Canada West

Puis, la décision annoncée fin 2020 de mettre fin à la salmoniculture en filets dans la région des îles Discovery. Une décision prise par Pêches et Océans Canada à l’issue de consultations avec des Premières Nations de la région et du rapport de la Commission Cohen sur le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser, qui remonte à 2012.

À l’époque, la Commission d'enquête fédérale dressait une liste de 75 recommandations pour protéger le saumon sockeye du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. L’une d’entre elles consistait à interdire la salmoniculture en filets dans les îles Discovery avant la fin de septembre 2020.

Plusieurs salmonicultures se trouvent sur la route migratoire des saumons dans les îles Discovery et pourraient introduire ou aggraver des maladies chez les saumons sauvages, soulignait le rapport de la Commission d'enquête fédérale.

Un saumon rouge saute dans l'eau.

Un travailleur de Pêches et Océans Canada relance un saumon rouge dans la rivière Adams, un affluent du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique.

Photo : Reuters / Andy Clark

De nombreux stocks de saumon du Pacifique déclinent à des niveaux historiquement bas. Actuellement, 50 populations de saumon du Pacifique sont à l’étude pour une éventuelle inscription dans la liste des espèces en péril ou en attente d’une évaluation par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

En juin 2021, Ottawa a d’ailleurs annoncé une stratégie nationale relative au saumon du Pacifique (dont les saumons rouge, rose, kéta, quinnat et coho font partie) afin de stabiliser, de protéger et de reconstituer les stocks de saumon de la côte ouest avant qu’il ne soit trop tard.

De prochaines semaines cruciales pour l’industrie

D’ici la fin du mois de mai, le ministère de Pêches et Océans Canada doit dire s'il compte faire appel ou non de la récente décision de la Cour fédérale dans le dossier des îles Discovery. La Cour a décidé d’annuler le 22 avril dernier la décision du gouvernement fédéral de fermer les salmonicultures dans ce secteur et maintient l’injonction qui permet à trois fermes de réapprovisionner leurs exploitations en saumons.

À elle seule, la région des îles Discovery, près de Campbell River, représente près d’un quart de la production de saumons d’élevage de la province, selon l'Association des éleveurs de saumons de la Colombie-Britannique. C'est l’une des principales zones d’élevage du saumon atlantique dans la province.

En tout, 1500 emplois dans des villages côtiers sont amenés à disparaître dans cette région.

Une petite usine sur l'eau.

La ferme de saumon Okisollo, détenue par Mowi, près de Campbell River.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Les îles Discovery comptent 19 fermes d’élevage, mais il y a en tout 109 fermes aquacoles actuellement titulaires d’un permis en Colombie-Britannique, selon Pêches et Océans Canada. De ce nombre, 108 élèvent du saumon. Les salmonicultures se situent majoritairement autour de l’île de Vancouver.

L’entreprise norvégienne Mowi détient une grande partie des fermes d’élevage de saumons dans les îles Discovery et la province.

Carte avec les emplacements de fermes de saumons le long des côtes du continent et de l'île de Vancouver. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emplacements des fermes de saumons actives ou inactives en Colombie-Britannique.

Photo : bcsalmonfarmers.ca

La plupart des fermes détiennent un permis qui expirera le 30 juin. D’autres arrivent à échéance en août ou en septembre prochain. Pour pouvoir continuer leurs activités, ces exploitations dépendent du feu vert de Pêches et Océans Canada, en vertu du Règlement du Pacifique sur l’aquaculture.

Les décisions concernant la réémission de ces permis pour n’importe laquelle de ces exploitations seront prises et communiquées avant l'expiration des licences existantes, affirme pour sa part le gouvernement fédéral.

Environ 80 salmoniculteurs dont le permis expire en juin retiennent leur souffle sur la côte ouest et attendent la décision d’Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !