•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. souhaite limiter le temps d’attente pour les opérations chirurgicales

À l'avant-plan, deux professionnels de la santé manipulent des fournitures médicales. Derrière eux, d'autres s'occupent d'un patient dans un lit d'hôpital. Tous portent des vêtements protecteurs.

Au total, 337 560 interventions chirurgicales, planifiées ou non, ont été réalisées au cours de l’année 2021-2022 en Colombie-Britannique.

Photo : Getty Images / Morsa Images

En Colombie-Britannique, 88 365 personnes sont toujours en attente d’une opération chirurgicale qui a été retardée en raison de la pandémie, mais la province assure que des efforts sont faits pour limiter ce temps d’attente.

Je pense que nous faisons des progrès parce que nous faisons plus d’opérations chirurgicales, parce que nous avons une bonne équipe de chirurgiens, parce que nous avons mis en place plus de salles d’opération et apporté des changements à l’organisation, mais nous avons aussi prolongé la période pour une intervention chirurgicale, explique le ministre de la Santé Adrian Dix.

Au total, 337 560 interventions chirurgicales, planifiées ou non, ont été réalisées au cours de l’année 2021-2022, ce qui constitue l’année la plus achalandée jamais vue en Colombie-Britannique, indique la province. Le ministre ajoute que les chirurgies orthopédiques sont une priorité.

« Si vous vous préparez pour une opération et que celle-ci est reportée, sur un plan personnel ça peut avoir un profond impact. C’est quelque chose de majeur. »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Comparativement aux données recueillies avant l’apparition de la COVID-19 dans la province, où 93 903 personnes étaient en attente d’une intervention chirurgicale, la liste est désormais inférieure de 5,9 % et 99,8 % des interventions chirurgicales reportées lors de la première vague de COVID-19 ont été complétées, selon le ministère de la Santé.

Parmi les personnes dont l’opération a dû être reportée en raison de la deuxième ou troisième vague de la pandémie, 96,2 % ont pu être opéré. Pour ce qui est des opérations reportées durant les quatrième et cinquième vagues du virus et lors des événements météorologiques extrêmes de l’an passé, 78,9 % sont complétées.

Lorsque des opérations chirurgicales sont complétées plus rapidement, ce qui est notre but, ça enlève de la pression sur l’ensemble du système de santé [...] en repoussant une opération, il y a des conséquences sur la qualité de vie et la santé d’une personne, souligne Adrian Dix.

La régie de santé de l'île de Vancouver est celle qui rattrape le plus vite les retards, tandis que celle du Nord, plus sévèrement touchée par la propagation du virus responsable de la COVID-19, éprouve des difficultés liées notamment à un manque de personnel.

Nous savons que les impacts de la pandémie n’ont pas été les mêmes partout dans tout le système de santé, admet le ministre en ajoutant qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour se relever des conséquences de la pandémie.

La province annonce également avoir formé 400 infirmières péri-opératoires et 100 techniciens de retrait de dispositifs médicaux supplémentaires, et s'engage d’ailleurs à intensifier le recrutement de personnel médical.

Avec des informations de François Macone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...