•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas facile d’avoir son coin de jardin communautaire à Vancouver

Chargement de l’image

Mark Drutz est membre bénévole du conseil d'administration du Nelson Park Community Garden. Il a eu son coin de potager après 3 ans d'attente.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Si la popularité des jardins communautaires est toujours aussi grande à Vancouver, les futurs jardiniers devront s'armer de patience : avec une diminution du nombre de terrains disponibles, ils doivent parfois attendre entre 2 et 4 ans pour avoir leur potager.

On compte à l'heure actuelle pas moins de 168 jardins communautaires à Vancouver. Dans les dernières années, les citoyens pouvaient proposer à la Ville de nouveaux endroits pour entreprendre des jardins communautaires. Ce programme a cependant été annulé, en raison du manque d'espace.

Mark Drutz, membre bénévole du conseil d'administration du Nelson Park Community Garden (NPCG), connait très bien ce problème. Il a dû attendre 3 ans avant d’avoir son jardin.

« Je pensais que je n’aurais jamais de jardin. J’ai été surpris quand j’ai reçu un courriel disant que je pouvais faire partie du jardin. »

— Une citation de  Mark Drutz, membre bénévole du conseil d'administration du Nelson Park Community Garden (NPCG)
Chargement de l’image

La liste d'attente pour avoir son coin de potager au Nelson Park Community Garden, au centre-ville de Vancouver, est de 2 à 4 ans.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Maintenant, Mark Drutz s’occupe, entre autres, de la liste d’attente pour ce jardin. Pour permettre à plus de personnes d’avoir un potager, les membres du conseil d’administration du Nelson Park Community Garden font leur possible pour créer de nouveaux espaces.

On avait un jardin servant à la démonstration à côté du cabanon. On a décidé de l’enlever et on a pu créer 4 nouveaux jardins. [...] Les espaces de jardin varient en grandeur. Lorsqu’un grand jardin est libéré, on divise cette parcelle de terre pour que deux personnes puissent avoir une place pour jardiner, explique-t-il.

Maintenant, il y a environ 100 personnes sur notre liste d’attente. Or, BC Hydro va construire une sous-station et on va perdre près de la moitié du jardin. Ça va encore limiter le nombre de personnes qui peuvent avoir un jardin, déplore Mark Drutz.

Un jardin, 9 mai 2022.

Les jardins communautaires sont de plus en plus populaires. La liste d'attente pour celui-ci, au centre-ville de Vancouver, est de 2 à 4 ans.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Pour sa part, Alexandra Nicholas a obtenu son coin de potager il y a un an et demi, après 4 ans d'attente. Elle fait partie de ceux qui perdront leur coin de terre lorsque la sous-station sera construite.

Quand les travaux vont commencer et que je vais perdre mon petit jardin, je vais remettre mon nom sur la liste et j’espère avoir un autre espace où je pourrai continuer à jardinier. C’est important pour moi de continuer à jardinier, dit-elle.

Chargement de l’image

Alexandra Nicholas a grandi à Paris, entourée de béton. Après quelques années à vivre à Vancouver, elle a commencé à s'intéresser au jardinage.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Des jardins communautaires temporaires

Pour aider les gens à accéder à des jardins, Chris Reid a créé Community Garden Builders. À travers cette entreprise sociale, il transforme et gère les terrains privés vacants en jardins communautaires temporaires et en espaces verts.

Les propriétaires doivent souvent attendre entre 1 et 5 ans pour avoir les permis et le financement pour construire. Nous proposons donc aux propriétaires de créer, mais aussi de gérer les jardins communautaires temporaires sur leurs terrains, explique-t-il.

Community Garden Builders a construit le premier jardin en 2011. Le propriétaire du terrain aimait l’idée d’utiliser le terrain pour en faire un jardin pour la communauté. Malheureusement, le jardin n’est plus là et le lot est encore vacant dit-il.

Chargement de l’image

Chris Reid a créé Community Garden Builders. Cette entreprise sociale transforme les terrains vacants en jardins communautaires temporaires.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Les jardins communautaires sont tellement populaires que souvent, les potagers sont complets avant même la fin de la construction du jardin.

Lorsque nous construisions ce jardin ici [auRobson Community Garden], les gens arrêtaient pour nous demander d’avoir un espace. Les places du jardin ont été remplies dès la première journée de la construction du jardin. Par la deuxième journée, nous avions déjà une liste d’attente, explique Chris Reid.

Community Garden Builders gère 8 jardins. Tout comme le Nelson Park Community Garden, ils sont pris avec une diminution d’espaces disponibles pour construire des jardins.

Il y a de moins en moins de terrains vacants et de plus en plus de constructions de logements. C’est peut-être une bonne chose, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !