•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

NCLEX : le Nouveau-Brunswick évalue la possibilité d’offrir l’examen du Québec

Irène Duguay qui regarde son permis de pratique de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Deux infirmières du Nouveau-Brunswick ont dû passer l’examen de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec pour pratiquer dans leur province (archives).

Photo : Radio-Canada

Les futures infirmières néo-brunswickoises pourront peut-être bientôt choisir de passer l’examen québécois d’accès à la profession, plutôt que le controversé examen NCLEX, et le faire chez elles au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement provincial dit évaluer cette option et confirme que des discussions sont en cours avec l'Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick participe activement à des discussions (...) au sujet d'options supplémentaires pour aider les diplômés en soins infirmiers francophones de la province, notamment pour savoir s'il serait possible d'offrir l'examen du Québec au Nouveau-Brunswick, écrit une porte-parole du ministère de la Santé, dans une déclaration, mercredi après-midi.

Une lettre de résultat d'examen d'accréditation de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Des étudiantes du Nouveau-Brunswick qui ont échoué l'examen NCLEX plusieurs fois ont réussi l'examen de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec du premier coup.

Photo : Radio-Canada

Un changement très attendu

De nombreuses étudiantes francophones, ainsi qu’une association qui défend les intérêts des futures infirmières, ont demandé à ce que l’examen de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec vienne remplacer l’examen NCLEX.

La pdg du Réseau de santé Vitalité, la Dre France Desrosiers, a également demandé que des changements soient apportés rapidement.

La semaine dernière, Radio-Canada rapportait que de futures infirmières néo-brunswickoises, après avoir échoué au test NCLEX à plusieurs reprises, se tournaient vers le Québec où elles réussissent l’examen plus facilement.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick dit être conscient qu'un très petit nombre de diplômés des programmes de soins infirmiers en français décident de passer l'examen d'inscription au Québec.

Selon lui, quatre étudiantes ont choisi d’aller passer leur examen au Québec au cours des deux dernières années.

L'examen NCLEX est utilisé dans toutes les provinces canadiennes, à l'exception du Québec. Les candidates qui passent l’examen en français ont un plus faible taux de réussite à la première tentative que les candidates qui le passent en anglais, notamment en raison du matériel préparatoire, surtout disponible en anglais.

« Il était temps », dit une récente diplômée

Deux infirmières du Nouveau-Brunswick, qui se sont récemment rendues au Québec pour passer leur examen d'entrée à la profession, se réjouissent d'apprendre que des discussions sont en cours pour offrir cet examen chez elles.

Katia Daigle.

Katia Daigle a gradué de l'Université de Moncton en sciences infirmières en 2019. Elle a échoué à l'examen NCLEX 8 fois.

Photo : Radio-Canada

Il est temps que le gouvernement et l'AIINB réfléchissent sérieusement à cette solution, croit l'infirmière à l'Hôpital régional d’Edmundston, Katia Daigle.

Cela pourrait faciliter le cheminement des futures infirmières et pourrait encourager davantage d'étudiantes à entreprendre des études en sciences infirmières. En espérant qu'ils y réfléchissent bien, parce que le problème dure depuis 2015 et plusieurs diplômées ne peuvent pas pratiquer la profession, ajoute-t-elle.

Irène Duguay.

Irène Duguay a gradué de l'Université de Moncton en sciences infirmières en 2016. Elle a passé son examen de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec en 2020, après avoir échoué l'examen NCLEX 10 fois.

Photo : Radio-Canada

Sa collègue, Irène Duguay, qui travaille aux Résidences Inkerman Inc dans la Péninsule acadienne, affirme être très contente d'apprendre que la situation pourra bouger.

Avec des informations d'Alix Villeneuve et de Sarah Dery

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !