•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Piratage informatique à la SLGA : des fichiers seraient vendus

Chargement de l’image

Certaines données de la Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan seraient vendues, après un piratage informatique.

Photo : Radio-Canada / Neil Cochrane/ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Plus de quatre mois après la cyberattaque qu’a subie la Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan (SLGA), des pirates informatiques affirment qu'ils ont vendu « les données les plus précieuses » qui ont été volées.

L’organisation qui est à l'origine du piratage du système informatique de la SLGA a également annoncé avoir mis le reste des données sur le web invisible (dark web, en anglais). Plus d’un téraoctet de fichiers, la plus grande valeur en termes de stockage, serait mis sur la toile, à en croire les pirates.

Les données volées concernent tous les aspects des activités commerciales de la SLGA, y compris la réglementation des jeux, des boissons alcoolisées, selon des documents divulgués et consultés par CBC.

La Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan n’a pas répondu à une demande d’entrevue de CBC jusqu’au moment de la publication de l’article.

Le 22 mars dernier, dans un message publié sur son site Internet, la SLGA a averti ses partenaires commerciaux que les pirates avaient pu obtenir des renseignements les concernant.

La SLGA menacée à nouveau par les pirates

Les pirates exigent une rançon de la SLGA pour restaurer ses systèmes informatiques et s'assurer que les données qui ont été prises ne seraient pas rendues publiques.

Les pirates ont confirmé à CBC, dans des courriels et lors d’un appel téléphonique, le vol des données. Ils ont indiqué également qu’ils ont verrouillé le système informatique de la SLGA avec un logiciel malveillant.

Nous n'avons qu'une seule option pour la SLGA : poursuivre les négociations pour résoudre ce problème et éviter la divulgation des données, ont écrit les pirates.

Mardi, Ils ont publié dans un message sur les médias sociaux quelques articles de CBC sur le piratage. C'est ce qui arrive à ceux qui tentent de nier la réalité, en essayant d'utiliser les menaces et les sales tours pendant les négociations.

Le gouvernement de la Saskatchewan rejette toute idée de négociations avec les pirates.

Le ministre responsable de la SLGA, Jim Reiter, a mis l’accent sur la nécessité de ne pas créer un précédent dans le cadre de ce dossier.

Je ne veux pas être dans une position où nous payons avec l'argent des contribuables une rançon à des criminels. Quel message cela enverrait-il au prochain pirate informatique?, a-t-il dit.

Brett Callow, analyste des menaces au sein de la société de cybersécurité Emsisoft, n'écarte pas la possibilité que certaines données volées à la SLGA pourraient être vendues par les pirates.

Il estime aussi que les menaces proférées par l’organisation, après la cyberattaque, pourraient avoir pour but de dissuader d'autres entreprises.

Il est également possible qu'ils disent cela simplement pour que d'autres victimes à l'avenir, en constatant ce qui est arrivé à la SLGA, disent qu'ils ne veulent pas passer par là et qu'ils vont simplement payer.

Avec les informations de Geoff Leo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !