•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Bard arrêté à la suite d’une longue enquête pour fraude à Moncton

Chargement de l’image

Daniel Bard a travaillé au sein de 3+ pendant un an et demi, jusqu'en 2018 (archives).

Photo : Daniel St Louis/3+/Facebook

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a procédé à l’arrestation de Daniel Bard, un ancien vice-président de la Corporation 3+, à Moncton, à la suite d’une longue enquête pour fraude. Aucune accusation n’a encore été déposée contre lui.

La police a procédé à l’arrestation de l'homme de 57 ans au début mars. Elle ne dévoile pas son identité, car aucune accusation criminelle n’a encore été portée contre lui. Toutefois, des personnes qui ont porté plainte contre Daniel Bard indiquent que la GRC les a contactées pour leur annoncer l’arrestation de l’homme.

Daniel Bard a été vice-président à la Corporation 3+, une agence de développement économique à Moncton, de 2016 à 2018.

Chargement de l’image

Daniel Bard a été poursuivi par plusieurs personnes et entreprises avant et après avoir travaillé pour la Corporation 3+.

Photo : Facebook/Daniel St Louis/3+

En 2019, plusieurs entrepreneurs l’ont accusé de les avoir fraudés. Il les aurait floués en touchant des centaines de milliers de dollars en frais de courtage et en frais administratifs sans avoir tenu ses promesses sur les résultats qu’ils obtiendraient.

Daniel Bard a ensuite disparu pendant environ trois ans.

La GRC a ouvert une enquête à la suite de plaintes portées par des entrepreneurs de Dieppe. Le réseau CBC a demandé à la GRC une mise à jour à ce sujet mardi.

Le porte-parole de la GRC, le caporal Hans Ouellette, a indiqué qu’un homme de 57 ans a été arrêté par la GRC à Edmundston le 2 mars.

L’homme a ensuite été relâché et il doit comparaître en cour à Moncton le 6 juillet à 9 h. La GRC n’a pas précisé à quelles accusations cet homme pourrait devoir répondre.

Plusieurs poursuites au civil

Daniel Bard, un quinquagénaire, est originaire de la région d’Edmundston. Il a fait l’objet de plusieurs poursuites au civil. Des plaignants ont obtenu gain de cause contre lui.

Selon les plaignants, il proposait d’aider de petites entreprises à obtenir des prêts et des investissements par l’entremise de sa propre entreprise privée, nommée VM Venture Management. Il demandait pour cela des frais de courtage et des frais administratifs.

L’avocat de Moncton Christian Michaud représente plusieurs personnes qui disent avoir été flouées par Daniel Bard. Christian Michaud estimait en 2019 que la somme totale s’élevait à au moins 2 millions de dollars.

Par exemple, l’entreprise de Charlo HIL Group a versé 130 000 $ à Daniel Bard en 2017. Ce dernier lui avait promis un investissement pour réaliser un projet de transformation de déchets organiques en granulés combustibles. L’investissement ne s’est jamais concrétisé.

L’entreprise a intenté une poursuite contre lui. La Cour du Banc de la Reine a condamné Daniel Bard à rembourser cet argent en 2019. Daniel Bard n’avait pas présenté de défense ni assisté aux procédures.

Saly et Clinton Davis, propriétaires du salon Glamour Secrets, à Dieppe, ont versé 25 000 $ à VM Venture Management contre la promesse d’un prêt de 8 à 13 millions de dollars pour réaliser un projet d’affaires. Le prêt ne s’est jamais matérialisé.

À l’automne 2019, ils rencontrent Daniel Bard une dernière fois. Il leur remet un chèque afin de rembourser leur investissement, mais le compte bancaire était fermé et les entrepreneurs sont restés bredouilles.

Chargement de l’image

Saly Davis affirme avoir perdu plusieurs milliers de dollars aux mains de Daniel Bard et de son entreprise, VM Venture (archives).

Photo : Radio-Canada / Paul Landry

Saly et Clinton Davis ont porté plainte à la GRC en août 2019 en disant croire que Daniel Bard avait quitté le pays.

Saly Davis affirme maintenant que la police l'a informée du retour de Daniel Bard dans la province et de son arrestation. Elle compte s'asseoir au premier rang dans la salle d’audience lors de sa comparution en cour en juillet.

Le couple estime que la Corporation 3+ devrait aussi rendre des comptes pour ce qui s’est passé.

Susy Campos, qui est devenue PDG de la Corporation 3+ après le départ de Daniel Bard, a commandé une enquête indépendante qui a conclu que l’organisme n’avait rien à se reprocher durant la période où Daniel Bard occupait un poste de direction.

Avec des informations de Frédéric Cammarano, de Radio-Canada, et de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !