•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porc épicé, brocoli et soirée inoubliable pour Louis Domingue

Chargement de l’image

Envoyé dans la mêlé en milieu de deuxième période de prolongation, le gardien de but Louis Domingue est devenu l'improbable héros de la victoire des Penguins, mardi soir.

Photo : usa today sports / Vincent Carchietta

Chargement de l’image

Louis Domingue n’avait pas pris place devant le filet d’un match de séries éliminatoires de la LNH depuis quatre ans et le gardien substitut des Penguins n’avait aucune raison de croire qu’on ferait appel à lui. Pourquoi ne pas tout de suite manger son repas d’après match, s’est-il dit entre la première et la deuxième période de prolongation. Sa soirée inoubliable ne faisait que commencer.

Pour être honnête, j’ai pris tout un repas. Je ne pensais pas avoir à jouer, mais peut-être que ça a été bon pour mon niveau d’énergie , a lancé l’ex-Remparts sourire en coin après la victoire de 4-3 des Penguins qui a fait de lui un improbable héros, mardi soir.

Le repas en question? Du porc épicé et du brocoli. Pas idéal, dixit Louis Domingue.

Lui qui a passé la quasi-totalité de la saison dans la Ligue américaine à Wilkes-Barre/Scranton, le Québécois avait été rappelé comme substitut chez les Penguins en raison de la blessure au gardien numéro 1 de l’équipe, Tristan Jarry.

Chargement de l’image

Le gardien de but Louis Domingue

Photo : usa today sports / Eric Hartline

Son rôle pour le premier match de la série face aux Rangers de New York devait se résumer à être assis sur le banc des joueurs. En fait, même pas sur le banc des joueurs. Par manque d’espace, on l’a vite relégué, mardi soir, à un siège au bord de l’entrée de la zamboni, au coin de la glace, loin de ses coéquipiers. C’est de là qu’il regardait le duel de gardiens de but, en prolongation, entre Casey DeSmith et le gardien des Rangers Igor Shesterkin.

De gourmand à héros

D’où la décision de succomber à une fringale de fin de soirée dans le vestiaire des Penguins entre deux périodes. Quand l'appétit va, tout va. Même lorsque, en milieu de deuxième période de prolongation, DeSmith s’est rendu au banc des Penguins durant un temps d’arrêt, Louis Domingue n’a pas pensé que son coéquipier pouvait être blessé.

Chargement de l’image

Casey DeSmith (à gauche) et Louis Domingue ont uni leurs forces, mardi soir, pour guider les Penguins à la victoire.

Photo : AP / Jeffrey T. Barnes

Il observait de loin jusqu’à ce que les deux arbitres en charge mardi soir viennent l’aviser qu’il devait embarquer. Le hasard a voulu que ce soit deux arbitres que je connais, Jonny Murray et Frédérick L’Écuyer, deux Québécois. Au début, je pensais honnêtement qu’il me faisait une blague, a relaté Domingue en conférence de presse.

« Après, tu embarques et tu joues. C’était fou, mais c’est ça ma vie. C’est le hockey. »

— Une citation de  Louis Domingue

Quelques secondes à peine après son entrée dans le match, Domingue effectuait le premier de ses 17 arrêts de la soirée, le ventre bien rempli. Une période plus tard, un but d’Evgeni Malkin donnait la victoire aux Penguins, mettant fin à un match marathon de près de cinq heures.

Il a fait un travail fantastique dans des circonstances très difficiles, a salué l’entraîneur-chef Mike Sullivan au sujet de son gardien substitut, désigné joueur du match par ses coéquipiers.

Reste à voir maintenant si Casey DeSmith sera en mesure de reprendre le filet pour le deuxième match de la série, jeudi soir, où si Louis Domingue obtiendra, à 30 ans, le premier départ de sa carrière LNH en séries éliminatoires. Le cas échéant, lui seul sait si porc épicé et brocoli seront au menu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !