•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ralentissement du marché immobilier dans le Grand Toronto

Une pancarte à vendre devant une maison à Toronto.

Les ventes de propriétés ont chuté en avril dans le Grand Toronto.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Les ventes de propriétés dans la région de Toronto ont chuté de plus de 41 % en avril comparativement à la même période l'an dernier.

La chambre immobilière Toronto Regional Real Estate Board (TRREB) a recensé 8008 transactions le mois dernier, comparativement à 13 613 en avril 2021 et 10 939 en mars dernier (-27 %).

Le déclin des ventes a été particulièrement marqué dans le marché des résidences unifamiliales en banlieue de Toronto (indicatif téléphonique 905).

Le prix de vente moyen en avril dans le Grand Toronto était de plus de 1,25 million de dollars, soit environ 50 000 $ de moins qu'en mars, mais 15 % de plus qu'en avril 2021.

TRREB attribue le ralentissement du marché immobilier à l'augmentation du coût des prêts hypothécaires liée à la hausse par la Banque du Canada de son taux directeur, pour maîtriser l'inflation.

Il sera intéressant de voir comment la Banque du Canada maintiendra l'équilibre entre combattre l'inflation et miner la croissance économique et les revenus gouvernementaux [tirés de l'immobilier], alors que nous continuons à nous remettre de la pandémie et à payer pour les programmes qui y sont liés, affirme le président de la chambre immobilière, Kevin Crigger.

Hausse plus modérée des prix

L'analyste de TRREB Jason Mercer s'attend à ce que les prix continuent à augmenter par rapport à 2021, mais à un rythme plus modéré au cours des prochains mois.

Le PDG de la chambre immobilière, John DiMichele, ajoute que ce n'est pas parce que le marché immobilier ralentit que les politiciens devraient ignorer la pénurie de logements en Ontario. Les acheteurs qui ont décidé d'attendre [avant de faire l'acquisition d'une propriété] n'attendront pas pour toujours et la population de notre région va continuer à croître grâce à l'immigration, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !