•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recours aux agences au CISSS de la Côte-Nord de nouveau dénoncé par des syndicats

Une infirmière aide un homme à marcher dans le couloir d'un centre de soins.

Au total, les coûts de la main-d'œuvre indépendante au CISSS de la Côte-Nord sont estimés à 84 M$ pour l’année 2021-2022 (archives).

Photo : Shutterstock / Gagliardi

Deux syndicats qui représentent des infirmières et des inhalothérapeutes affirment que le recours aux agences de placement au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord est devenu « hors de contrôle ». Ils réclament la mise en place d’un groupe de travail rapidement.

Le Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ) et la Fédération de la santé du Québec (FSQ) ont réagi lundi au reportage publié en fin de semaine dans le journal La Presse au sujet de la main-d'œuvre indépendante sur la Côte-Nord.

Quand c’est rendu que ce sont les membres de la direction eux-mêmes qui font rapport, dans les médias, de leur gestion déficiente, ça démontre à quel point ça va mal, déclare par écrit la présidente du SIISNEQ, Nathalie Savard, dans un communiqué de presse.

Nathalie Savard est présidente du syndicat qui représente les infirmières du Nord-Est québécois.

Nathalie Savard est présidente du SIISNEQ, qui représente les infirmières du Nord-Est québécois (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

En janvier, le CISSS de la Côte-Nord indiquait prévoir un déficit budgétaire de 64,6 millions de dollars pour l'exercice financier qui prenait fin le 31 mars 2022.

Selon le conseiller en communication pour le CISSS de la région, Pascal Paradis, entre 65 et 70 % de ces millions de dollars sont attribuables au recours aux services des employés d'agences privées.

Évolution des heures effectuées par la main-d’œuvre indépendante par année au CISSS de la Côte-Nord

Année d'exercice financier

Nombre d'heures

2015-2016

104 355

2016-2017

92 498

2017-2018

124 278

2018-2019

170 563

2019-2020

286 939

2020-2021

472 062

2021-2022

690 186 (estimation)

Les deux syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) affirment que la direction du CISSS de la Côte-Nord a supprimé 140 postes d'infirmières et d'infirmières auxiliaires au cours des deux dernières années, alors que les infirmières issues des agences de placement sont de plus en plus nombreuses sur les étages.

« J’ai l’impression que l’employeur est en train de vouloir récupérer le déficit sur le dos des gens qui travaillent présentement au CISSS de la Côte-Nord.  »

— Une citation de  Nathalie Savard, présidente du Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ)

[Les 140 postes] sont des coupures en CHSLD ou dans des départements comme la psychiatrie où on a de la misère à avoir des gens. Peut-être que ces postes-là sont vacants pour le moment, mais en même temps, il faut qu’on travaille à recruter ces personnes-là, ajoute la présidente syndicale.

Le CISSS de la Côte-Nord ne désire pas réagir aux déclarations des syndicats, indique Pascal Paradis.

Mme Savard note que la première chose à faire, c’est de trouver un moyen de se parler.

Les deux syndicats souhaitent rencontrer le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ainsi que le CISSS de la région pour régler les petits problèmes.

Si on investissait, dans le [montant de 64,6] millions de dollars, un pourcentage pour remettre en place des équipes et pour donner certains avantages aux gens qui travaillent dans notre réseau, je pense que ça pourrait être gagnant pour tout le monde, souligne Mme Savard.

Au total, les coûts de la main-d'œuvre indépendante au CISSS de la Côte-Nord sont estimés à 84 M$ pour l’année 2021-2022, selon des données fournies par Pascal Paradis. En comparaison, pour l’année 2015-2016, ils étaient de 7 M$.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !