•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 circonscriptions à surveiller lors des élections en Ontario

Doug Ford a lancé sa campagne à Brampton, une région où son parti espère ravir des sièges aux néo-démocrates.

Doug Ford a lancé sa campagne à Brampton, en banlieue de Toronto, où son parti espère ravir des sièges aux néo-démocrates.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

L’Ontario compte 124 circonscriptions. En voici 10 à surveiller dans le 905, à Toronto, dans le Sud-Ouest, l'Est et le Nord, alors que s'amorce la campagne provinciale.

Le 905

Dans la banlieue de Toronto, la fluidité des électeurs peut causer des surprises. Pour retourner à Queen's Park avec une majorité de députés, les progressistes-conservateurs devront y conserver leurs acquis.

Brampton-Centre

La cheffe adjointe du Nouveau Parti démocratique (NPD), Sara Singh, a été élue dans Brampton-Centre avec seulement 89 voix d'avance sur le candidat progressiste-conservateur, la victoire la plus serrée du NPD en 2018. Elle tentera de conserver son siège en affrontant la conseillère municipale Charmaine Williams, qui se présente pour le Parti progressiste-conservateur (PC) de Doug Ford.

La ville de Brampton compte d'ailleurs cinq circonscriptions où la course pourrait être chaudement disputée.

Ajax

La circonscription a été laissée vacante par le départ de l’ex-ministre de l’Environnement, des Finances et des Soins de longue durée, Rod Phillips, un pilier du gouvernement Ford qui ne se représente pas.

La circonscription, nommée Ajax—Pickering avant que la carte soit redessinée, était détenue par le Parti libéral avant 2018 et la course s'annonce serrée entre les deux partis. Le NPD avait de bons espoirs à Ajax, mais il s'est départi de son candidat vedette, le maire Steven Parish, parce qu'il a défendu sa décision de nommer une rue en mémoire d'un officier nazi.

Le ministre des Finances Rod Phillips parle lors d'une conférence de presse avec Doug Ford à ses côtés.

L'ancien ministre des Finances Rod Phillips en conférence de presse avec Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Toronto

Si les progressistes-conservateurs réussissent à gagner de nouveaux sièges à Toronto, ça va être eux qui vont former le prochain gouvernement, c’est certain, dit l'analyste de sondages Éric Grenier. Voici des circonscriptions qu'il surveille dans la Ville Reine.

York-Sud—Weston

Le neveu de Doug Ford, Michael, se présente dans cette circonscription pour le PC. Est-ce que la Ford Nation y sera étendue? Le néo-démocrate Faisal Hassan s'y est fait élire de justesse en 2018 avec 36 % des voix contre 33 % pour le candidat progressiste-conservateur.

Don Valley-Ouest

La première ministre Kathleen Wynne a réussi à sauver les meubles dans sa propre circonscription en 2018, mais seulement par moins d'un point de pourcentage. L'ancienne première ministre a annoncé qu'elle se retirait de la vie politique. Est-ce que les libéraux pourront conserver ce siège?

L'ancien chef de police de Toronto, Mark Saunders, y sera candidat pour le Parti progressiste-conservateur alors que les libéraux ont nommé Stephanie Bowman, cadre dans le secteur des services financiers.

L'ancien chef de police Mark Saunders en conférence de presse.

L'ancien chef de police Mark Saunders

Photo : Radio-Canada / Darek Zdzienicki

Scarborough—Guildwood

La lutte la plus chaudement disputée en 2018 dans Toronto est la circonscription de la libérale Mitzie Hunter, qui l'a emporté avec 33,4 % des voix contre le candidat progressiste-conservateur. Doug Ford espère séduire les électeurs de ce secteur mal desservi par le réseau de transport en commun avec le prolongement du métro de trois stations vers Scarborough.

Nord de l'Ontario

Doug Ford espère faire des gains dans certaines circonscriptions du Nord, mais la région sera surtout une lutte libéraux-NPD.

Timmins

Doug Ford voit grand à Timmins, où le maire George Pirie sera candidat. La circonscription de Timmins, qui compte environ 40 000 électeurs, a été créée en 2018 lors d'un redécoupage de la carte électorale. La taille et le territoire de la circonscription ont changé au fil du temps, mais le leadership du néo-démocrate Gilles Bisson est demeuré constant. Victime d'un infarctus le mois dernier, M. Bisson assure qu'il demeure candidat.

Doug Ford et George Pirie, qui porte un masque.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, avec le maire et candidat conservateur provincial George Pirie en conférence de presse.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Sault Ste. Marie

La course la plus serrée du Nord-Est en 2018, où les progressistes-conservateurs ont devancé les néo-démocrates par seulement 400 voix. Lors de la dernière campagne, ils avaient bombardé la région de publicités électorales et devraient faire de même cette fois-ci. C'est la circonscription du ministre Ross Romano.

Sud-Ouest de l'Ontario

La politologue Stéphanie Chouinard surveille cette région, particulièrement les circonscriptions autour de Windsor. C'est un bastion néo-démocrate à la base, où on retrouve des manufacturiers automobiles et des syndicats qui penchent plus vers le NPD au départ. Mais on a vu que M. Ford a versé beaucoup d'argent et investi du capital politique dans cette région dans les derniers mois.

Essex

Doug Ford le répète. S'il y a un siège qu'il souhaite ravir au NPD, c'est Essex. Le député Taras Natyshak a remporté la circonscription avec 47 % des voix en 2018, mais ne se représente pas. Les progressistes-conservateurs ont multiplié les annonces dans la région pour relancer l'industrie automobile, notamment pour la production de véhicules électriques.

Est Ontarien

Glengarry—Prescott—Russell

Les progressistes-conservateurs ont causé la surprise en remportant ce siège en 2018. La députée Amanda Simard a toutefois claqué la porte du Parti quelques mois plus tard en raison des compressions aux services en français et a plus tard rejoint les rangs libéraux. Il sera difficile pour les conservateurs de s'accrocher à ce siège. Leur candidat est Stéphane Sarrazin, le maire d'Alfred-Plantagenet.

En 2018, Amanda Simard avait battu un autre maire de la région, celui du canton de Russell, Pierre Leroux, qui représentait alors le Parti libéral.

La députée Amanda Simard lors d'un événement libéral.

La députée Amanda Simard lors d'un événement libéral

Photo : Radio-Canada

Ottawa-Ouest—Nepean

Circonscription traditionnellement plutôt rouge, Ottawa-Ouest—Nepean a été ravie en 2018 par le progressiste-conservateur Jeremy Roberts. La néo-démocrate Chandra Pasma avait terminé 176 voix derrière M. Roberts et avait refusé initialement de concéder la victoire à son opposant.

Les libéraux ont d'ailleurs aussi dans leur ligne de mire la circonscription voisine d'Ottawa-Centre, détenue par le néo-démocrate Joel Harden.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections 2022 en Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !