•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fournisseur de lithium de BMW et de Tesla prend de l’importance au Québec

Chargement de l’image

Le projet de mine et d'usine de transformation de Nemaska Lithium au Québec a connu d'importants dépassements de coûts, passant de 875 millions à 1,4 milliard de dollars, avant de se retrouver sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Investissement Québec a perdu 71 millions de dollars dans ce processus.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

Nemaska Lithium semble bel et bien renaître de ses cendres. Le producteur américain Livent, fournisseur de lithium transformé pour les batteries de BMW et de Tesla, détiendra prochainement la moitié de l’entreprise québécoise, qui était il y a moins de deux ans au bord de la faillite.

Dans un communiqué publié en fin de journée lundi, Livent a annoncé son intention de doubler sa propriété dans Nemaska Lithium de 25 % à 50 %. Pour ce faire, elle émettra 17,5 millions d’actions au fonds d'investissement britannique Pallinghurst. Au prix de clôture de l’action lundi à New York, la transaction équivaudrait à 374 millions de dollars américains.

Investissement Québec, qui maintiendra la moitié de sa propriété sur Nemaska Lithium, s’était engagé avec Pallinghurst à investir jusqu’à 600 millions de dollars à parts égales pour relancer le projet. Le lithium de la mine de Whabouchi dans le Nord-du-Québec sera transformé en hydroxyde de lithium dans une nouvelle usine à Bécancour. La première production est maintenant prévue en 2025.

Nous croyons que Nemaska, en tant que projet intégré d'hydroxyde de lithium de grande envergure et à faible coût, constituera une partie importante de l'approvisionnement en matériaux de batterie critiques durables, soutient Livent. Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec pour faire en sorte que Nemaska ​​devienne un fournisseur de premier plan d'hydroxyde pour des batteries de qualité.

Selon ce qu’a déjà soutenu le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, Livent, société basée à Philadelphie, faisait partie des discussions depuis longtemps quand elle fait son apparition dans le portrait en novembre 2020.

Dans la mire d’Elon Musk?

Le mois dernier, le dirigeant de Tesla, Elon Musk, a soulevé un vent de spéculations au sein de l’industrie minière en évoquant que le fabricant automobile pourrait devoir acquérir une entreprise minière bien établie en raison des prix élevés du lithium – ils ont en effet bondi de près de 80 % depuis le début de l’année.

Le titre de Livent, avec une capitalisation boursière de 3,46 milliards de dollars américains, a cependant cédé près de 24 % de sa valeur depuis un mois. L’entreprise de plus de mille travailleurs possède des sites manufacturiers aux États-Unis, en Angleterre, en Inde, en Chine et en Argentine.

Son contrat avec Tesla devait se terminer fin 2021, mais les informations disponibles ne nous permettent pas de savoir s’il a été prolongé cette année. Livent dévoilera le résultat de son premier trimestre de 2022 mardi en fin de journée.

Pallinghurst, toujours investi au Québec

Radio-Canada avait révélé en 2020 qu’Investissement Québec faisait affaire avec une entreprise bien présente dans les paradis fiscaux en s’associant avec Pallinghurst.

Le fonds demeurera actif sur le territoire avec son intérêt dans Nouveau Monde Graphite; il y avait accru sa participation à 21 % en octobre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !